Science et religion: compatibles ou pas?

Il y a une nouvelle édition du drame "science et religion" qui se déroule principalement sur les blogs Panda’s Thumb et Why Evolution is True. Je n’aborde pas souvent les disputes de blogs ou de forums mais ici l’enjeu est intéressant.

Je vous le résume: le National Center for Science Education est un organisme américain dont la mission est de promouvoir l’enseignement des sciences (surtout de l’évolution) et de surveiller/freiner les tentatives d’introduire des doctrines religieuses dans le cursus. De plus en plus, le NSCE s’est mis à tolérer une bouillabaisse postmoderniste de science et de religion, souhaitant montrer que la science n’est pas incompatible avec la religion, etc. Jusque là, tout baigne. Si les croyants veulent reconstruire leurs croyances afin qu’elles cadrent avec les avancées scientifiques, tant mieux pour eux.

Le problème est que le NSCE fait maintenant activement la promotion de ladite bouillabaisse. Ça me semble problématique. Ce n’est pas le mandat d’un organisme neutre de fournir aux croyants une version soft de leur religion, version qui pourra plus facilement s’accommoder d’un Big Bang et d’une Lucy. S’il doit y avoir un travail de dé/reconstruction, alors c’est aux communautés de croyants de le faire.

Autrement dit, tu peux croire que telle ou telle partie de ton livre sacré est métaphorique si tu veux, mais ne me demande pas de me taper le travail d’herméneutique à ta place.

Je comprends que ce travail est crucial pour les croyants, qui ont besoin d’une certaine cohérence interne et doivent avoir des maux de têtes à force de faire de la dissonance cognitive. Mais, pour moi, science et religion sont vraiment en contradiction. Voilà pourquoi on ne m’entendra jamais dire le cliché "science et foi ne sont pas en contradiction, ce sont simplement deux modes de connaissance". Parce que je ne le crois pas, et que je ne suis pas un menteur. Je pense à mes amis croyants et je ne me vois pas en train de leur dire que leur foi n’entre pas en contradiction avec la science. Je ne peux simplement pas. (Le NOMA de Gould? Pas un fan.) Mes amis devront trouver eux-mêmes leurs réponses.

Dans Le Gorgias, le philosophe Platon met en scène Socrates en train de débattre avec le sophiste Gorgias. Ce dernier se vantee d’être plus médecin qu’un vrai médecin, puisque lui seul peut, par ses sophismes, faire avaler le remède au patient. Même chose en ce qui concerne la science. Nous sommes les véritables médecins. Laissons aux autres le travail d’être des Gorgias.

J’ai souvent accompagné mon frère et d’autres médecins chez quelqu’un de leurs malades qui refusait de boire une potion ou de se laisser amputer ou cautériser par le médecin. Or tandis que celui-ci n’arrivait pas à les persuader, je l’ai fait, moi, sans autre art que la rhétorique. Qu’un orateur et un médecin se rendent dans la ville que tu voudras, s’il faut discuter dans l’assemblée du peuple ou dans quelque autre réunion pour décider lequel des deux doit être élu comme médecin, j’affirme que le médecin ne comptera pour rien et que l’orateur sera préféré, s’il le veut. (Platon – Le Gorgias)

P.-S.: Une suggestion cependant: les curés, pasteurs, imams, etc, devraient inviter des scientifiques croyants à la place de ces conférenciers créationnistes débiles. Pour chaque Laurence Tisdall, il doit bien y avoir un Ken Miller.

About these ads

3 commentaires

  1. Ping : Un site chrétien contre le créationnisme et le Dessein Intelligent | Le blog Libre sans dieu!
  2. Michel THYS

    « La raison et la foi sont-elles conciliables ? ».
    Le libre penseur que je suis ne cherche pas, malgré les apparences, à convaincre qu’elles ne le sont pas
    Un libre penseur souhaite seulement susciter des questions et des commentaires, en espérant que chacun puisse se forger sa « vérité », par définition personnelle, partielle et provisoire.
    Certes, un libre penseur se passe de toute référence transcendantale, et il estime généralement que toutes les religions sont plus nocives que bénéfiques, parce qu’elles incitent à la soumission, parce que, prétendant détenir chacune LA Vérité, elles sont à l’origine de l’intolérance, parce qu’étant instrumentalisées par le pouvoir politique, elles sont co-responsables de bien des guerres, etc.
    Un libre penseur dénonce donc le dogmatisme et le néo-cléricalisme mais il n’est il n’est PAS antireligieux. Je respecte le droit légitime de croire, mais j’estime qu’idéalement, la foi, au lieu d’être imposée dès l’enfance, devrait être choisie aussi librement que possible, après avoir découvert les alternatives laïques non aliénantes.

    Nombreux sont les croyants qui cherchent à concilier la raison et la foi, la science et la religion, le créationnisme ou le « dessein intelligent» et l’évolutionnisme, l’objectif et le subjectif. Mais, à mes yeux, leurs arguments, par exemple le recours à un dieu, ou à un grand architecte de l’univers (pour les déistes), ou encore l’harmonie apparente du monde, etc., sont anthropomorphiques, ou des pétitions de principe.
    L’ « argument » le plus subtil et le plus fréquemment évoqué par les croyants, c’est que la science et la raison s’occupent du « comment », tandis que la religion et la foi s’occupent du « pourquoi ». Se situant à des « dimensions », à des « niveaux » différents, elles seraient complémentaires et donc conciliables.
    J’y vois une pirouette jésuitique, parce que cela voudrait dire qu’il suffirait de changer de point de vue, ou de lunettes, pour que deux hypothèses contradictoires puissent être vraies en même temps, alors que logiquement l’une d’elles doit être vraie, et l’autre fausse.

    Certains scientifiques, comme Andrew NEWBERG, ont cherché à concilier leur foi et leur raison en affirmant que « Dieu » a programmé le cerveau humain pour croire,
    ou comme les neurophysiologistes Mario BEAUREGARD et RAMACHANDRAN, en recherchant dans le lobe temporal droit le récepteur, l’antenne que « Dieu » y aurait placée pour recevoir sa « Révélation » !
    En vain, évidemment, puisque c’est tout le cerveau qui est concerné, même si le cerveau émotionnel est prédominent chez le croyant.

    Comment expliquer cette imperméabilité de certains croyants, par ailleurs souvent intellectuels éminents, à toute argumentation rationnelle et scientifique ?
    Paradoxalement, je propose une hypothèse explicative inhabituelle, à partir d’observations de psychologues religieux et de psycho-neuro-physiologistes croyants.
    Il y a d’abord les observations, notamment, d’un psychologue religieux, le chanoine Antoine VERGOTE, professeur émérite à l’Université catholique de Louvain.
    Il a confirmé en 1966 qu’en l’absence d’éducation religieuse, la foi n’apparaît pas.
    De fait, l’émergence de la liberté de conscience et de religion me paraît compromise. D’abord par l’imprégnation de l’éducation religieuse familiale, forcément affective puisqu’elle est fondée sur l’exemple et sur la confiance envers les parents.
    Cette influence, légitime mais unilatérale, est ensuite confortée par celle d’un milieu culturel croyant qui ne développe pas l’esprit critique en matière de religion, occulte toute alternative humaniste laïque et surtout incite à la soumission plutôt qu’à l’autonomie et à la responsabilité individuelle. L’éducation coranique, exemple extrême, en témoigne hélas, à 99 %, la soumission y étant totale.

    Quant aux psycho-neuro-physiologistes, ils ont observé que, dès l’âge de 2 ou 3 ans, les amygdales (pas celles de la gorge !), sont déjà capables de stocker inconsciemment des souvenirs émotionnels, tels que l’atmosphère envoûtante d’une église ou les comportements religieux des parents.
    Or l’IRM fonctionnelle tend à montrer que ces traces sont indélébiles et qu’elles se renforcent par la plasticité neuronale due à la répétition des expériences religieuses.
    J’en déduits qu’à des degrés divers, le cerveau rationnel et donc l’esprit critique ultérieur s’en trouvent inconsciemment anesthésiés, indépendamment de l’intelligence et de l’intellect, du moins dès qu’il est question de religion.

    Dans cette optique psychoneurophysiologique, les conversions religieuses deviennent compréhensibles à mes yeux. Le brusque basculement de l’incroyance vers la croyance, ou d’une croyance à une autre, s’accompagne toujours d’un bouleversement de neurotransmetteurs et d’hormones, un peu comme, mutatis mutandis, lors d’un coup de foudre amoureux. Par exemple, la conversion de Paul CLAUDEL, qui avait perdu la foi à 14 ans et qui l’a retrouvée à 18, en entendant le Magnificat de BACH à N-D de Paris le 25 décembre 1886. L’environnement sensoriel (les grandes orgues, les choeurs, l’odeur d’encens, le gigantisme de l’édifice, etc.) a dû provoquer chez lui un bouleversement, notamment au niveau de la sérotonine et de la dopamine, au point de faire disjoncter son cerveau rationnel au profit de son cerveau émotionnel, malgré sa brillante intelligence. Les exemples abondent.

    Et voici mes conclusions, toutes personnelles :
    - 1. Les parents croyants devraient se demander si, à notre époque de pluralité des cultures et des convictions, ils ont encore moralement le droit, même s’il est légitime et constitutionnel, d’imposer unilatéralement leur croyance à leurs enfants.
    - 2. La religion étant une affaire privée, elle ne devrait être mentionnée à l’école que lors d’un cours d’histoire ou de philosophie, parce qu’un minimum de culture religieuse fait partie de la culture générale, notamment artistique.
    - 3. A mes yeux, l’enseignement confessionnel est à la fois élitiste, inégalitaire, prosélyte, exclusif, communautariste, anachronique et donc obsolète.
    - 4. La Libre Pensée et toutes les instances laïques devraient prôner un système éducatif pluraliste proposant à tous les niveaux, une information minimale, progressive, objective et bien sûr non prosélyte, à la fois sur le « fait religieux », c’est-à-dire les différentes options religieuses ET sur le « fait laïque », c’est-à-dire les options laïques occultées par les religions, l’humanisme laïque, la spiritualité laïque, etc. C’est ainsi que je conçois la neutralité de l’Etat : sans laxisme ni électoralisme.
    - 5. Mais les religions réagissent, les sectes profitent de ce que la « quête de sens » subsiste et l’islamisation progresse insidieusement. Il est donc plus que temps de proposer l’alternative d’un humanisme laïque solidaire, proposant un socle de valeurs « universalisables » acceptables par tous, croyants comme incroyants.
    Vivement, partout, un large débat médiatique, puis politique, à ce sujet !
    Michel THYS
    http://0z.fr/duySW

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s