Crise dans la blogosphère athée, féminisme et masculinisme

Plusieurs de mes blogs athées favoris sont depuis quelques mois aux prises avec des problématiques tout à fait étranges. Il semble que la question du féminisme soit une source de division, ce qui m’étonne vraiment, et que l’ad hominem soit maintenant une pratique courante.

En même temps, plusieurs blogs se réclament du féminisme mais échouent à présenter un véritable point de vue féministe. En effet, le féminisme ne constitue pas seulement une défense des droits des femmes, c’est tout un courant d’étude avec une historique propre, ainsi qu’une branche de la philosophie. Il est regrettable de voir une possible discussion concernant le féminisme et l’athéisme se limiter à certains aspects du féminisme et ignorer largement tout le travail des féministes qui existent en-dehors de la blogosphère athée anglophone!

Finalement, je suis absolument sidéré de voir des gens qui se disent rationnels adhérer à ce qu’ils appellent le mouvement de "droits des hommes". Bien qu’il puisse sembler tout à fait naturel, dans une perspective anti-sexiste, de défendre les droits des hommes autant que ceux des femmes, la création d’un mouvement propre à la défense du droit des hommes ne tient pas compte du contexte actuel d’oppression des femmes ou encore implique que les hommes auraient des droits différents. Les mouvements masculinistes ont aussi tendance à être des façades pour des douchebags mysogines qui cherchent à se cacher derrière l’objectivité et l’égalité homme-femme. Il suffit cependant d’étudier, ne serait-ce que superficiellement, leurs propos pour révéler la supercherie.

Ce que nous amène à notre question: pourquoi peut-il y avoir du féminisme mais pas du masculinisme? 

Le féminisme n’est pas seulement une défense des droits de la femme, c’est tout un courant philosophique avec une historique propre. Il y a (depuis toujours?) une oppression des femmes dans le monde, y compris dans notre société. Cela constitue le fondement du féminisme. Le masculinisme ne dispose pas d’un tel socle sur lequel s’établir. S’il y avait des siècles d’oppression à l’égard des hommes, on pourrait réévaluer la situation – les masculinistes vont d’ailleurs souvent inventer des théories du complot pour créer une dynamique d’oppression (par les féministes frustrées, les lesbiennes, les femmes profs, etc) afin de justifier leur haine des femmes.

Comme on l’a vu, les mascus ne sont pas vraiment des défenseurs des droits de la personne. Les mouvements mascu ne sont généralement pas des initiatives de défense de droits de la personne mais des défouloirs pour mâles frustrés (en termes féministe, on dirait "en perte de privilège"). Un homme qui réalise que son attitude précédente (par exemple de faire du harcèlement sexuel sur internet) n’est pas acceptable se voit retirer un privilège qu’il estimait être un droit. C’est fâchant pour lui. On retrouve le même effet lorsque des religieux s’étonnent que les privilèges dont ils jouissent dans la société vont leur être retirés. De vastes efforts sont déployés afin de maintenir des privilèges qui ne devraient simplement pas exister dans une société qui se dit égalitaire!

Oui, mais…

On peut, finalement, reprocher au féminisme son côté anti-intellectualiste ou socio-constructiviste, [Note: c'est un reproche utilisé par des anti-féministes pour discréditer le féminisme dans son ensemble.] mais il faut aussi avoir qu’il existe plusieurs variantes et branches du féminisme. Plusieurs de ces variantes ont été grandement influencées par la pensée post-moderniste, notamment celle de Foucault. Ces féministes vont chercher dans Foucault notamment sa déconstruction des discours dominants tenus pour acquis. En mettant à jour et en étudiant les structures sociales qui construisent le discours machiste, plusieurs féministes estiment être plus à même de renverser ce discours. [Note: cela explique le lien entre féminisme et socio-constructivisme, je ne cherche pas ici à dire que le féminisme doit être associé à la pensée socio-constructiviste ou à Foucault.]

L’inconvénient souvent critiqué de ce courant est sa tendance à verser dans le "tout culturel", le "socialement construit" à toutes les sauces. C’est cependant plutôt un contre-coup de la pensée post-moderne et non du féminisme en tant que tel. Plusieurs féministes ne partagent pas le côté relativiste qui peut en découler et ont elles-mêmes émis des critiques à cet égard. Ce n’est là qu’un des nombreux débats qui existe au sein même de la pensée féministe, qui est variée et complexe.

Suis-je féministe?

Ça me fait donc un drôle d’effet de voir un homme écrire, dans la présentation de son blog, qu’il est ingénieur informaticien et féministe, comme si le simple fait de parler des droits des femmes sur un blog faisait de lui un féministe. Pour ma part, je suis loin de m’y connaitre en féminisme donc je ne m’identifie pas comme féministe. Ça simplifie les discussions avec les féministes, qui auraient raison de lever un sourcil en m’entendant m’auto-proclamer féministe. M’afficher comme féministe voudrait dire qu’on pourrait exiger de moi des explications fouillées sur différents aspects de la pensée féministe, explications que je ne serais pas en mesure de fournir. Je préfère donc m’identifier, si on souhaite absolument se lancer des étiquettes, comme anti-sexiste ou, pour reprendre un terme de la communauté LGBT, un allié. Je comprends que le terme féministe implique une riche tradition mais, étant un homme, je ne peux me réclamer de cette tradition!

Le mouvement A+

En terminant: je pense qu’un mouvement devrait venir de la base. Si on fournit déjà un logo, un nom, une idéologie, ça devient du prêt-à-penser. Je ne pense donc pas que le mouvement "Atheism plus" va fonctionner, pas plus que les défunts Brights.

About these ads

4 Commentaires

  1. sergiuspneumus

    Bonjour Libresansdieu,
    Je vais finir par croire que tu es …éternel.
    Tu as raison de lutter contre les supercheries en défendant les super chéries.
    Je n’ai pas compris tout ce que tu as dit mais chapeau bas ( sifflet) , tu as super bien parlé.
    Allez, sans rancune, je ne te hais point.
    Evangelicosansrancunos

  2. Feel O'Zof

    Moi aussi je préfère m’identifier comme un antisexiste que comme un féministe. Je trouve que c’est un terme plus spécifique et plus clair (ça prône le rejet du sexiste et/ou la déconstruction des genres) tandis que "féminisme" peut inclure une grande variété de positions, parfois opposées (mais qui semblent pencher plus souvent vers «séparés mais égaux» que vers la non-considération du sexe d’une personne). Toutefois, je pense qu’un homme peut être féministe tout autant qu’une femme.

    Je suis pas sûr par contre d’être d’accord avec tout ce que tu dis à propos du masculinisme. Quand tu dis que ce sont les fondements historiques qui justifient l’existence du féminisme, il me semble qu’un mouvement s’opposant à la discrimination qui existe à notre époque est légitime parce que cette discrimination persiste à notre époque. S’il n’y avait plus du tout de sexisme, le féminisme serait aussi absurde qu’un mouvement qui prônerait l’égalité entre les nobles et les roturiers. Donc qu’une oppression date d’hier ou d’il y a des siècles, il est tout autant légitime de s’y opposer.

    Cela dit, je suis totalement d’accord avec ta position sur les mouvements masculinistes en général. C’est plus souvent des regroupements de misogynes qu’autre chose. Toutefois, en tant qu’antisexiste, je m’oppose tout autant à la discrimination envers les hommes (mâles) qu’envers les femmes, ainsi qu’à tout ce qui vise à séparer les sexes. C’est juste que la «discrimination» qui indignent les masculinistes est plus souvent imaginaire que réelle.

  3. Maxime

    "Ça simplifie les discussions avec les féministes"
    Je ne sais pas trop ce que ça donne au Québec, mais en France on a plusieurs courants, qui s’autoproclament seules vrais féministes et déclarent que les autres courants sont esclaves ou complices du patriarcat. Depuis je suis très dubitatif quand à l’utilisation du mot féministe, mais comme d’autres ici je préfère l’antisexisme.

  4. berlherm

    Les femmes vivant en moyenne 7 à 8 ans de plus que les hommes, 10% de la durée de vie, c’est énorme, les hommes montreront qu’ils ne sont pas sexistes quand ils demanderont un changement de sexe, juste pour voir si la testostérone est en cause. (Je n’ai pas fait la demande…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s