Matthieu se trompe entre Jérémie et Zacharie (contradiction biblique)

Certains croyants sont convaincus qu’il n’y a pas de contradictions entre les différents livres composant la Bible. Nous en présentons une ici, qui est assez manifeste. La contradiction se trouve dans l’évangile selon Matthieu.

Matthieu, parlant de Judas l’Iscariote qui vend Jésus pour 30 pièces d’argent:

« Alors fut accompli ce qui a été dit par Jérémie le prophète » (Matthieu 2:17)

Et, un peu plus loin:

« Alors s`accomplit ce qui avait été annoncé par Jérémie, le prophète: Ils ont pris les trente pièces d`argent, la valeur de celui qui a été estimé, qu’on a estimé de la part des enfants d’Israël » (Matthieu 27:9)

Or Matthieu se trompe dans sa citation puisque le passage cité ne se retrouve pas dans le livre de Jérémie. En fait, Jérémie ne parle jamais de trente pièces d’argent, c’est plutôt Zacharie qui mentionne cela:

« Et l’Eternel me dit, Jette-le au potier, ce prix magnifique auquel j’ai été estimé par eux. Et je pris les trente pièces d’argent, et je les jetai au potier, dans la maison de l’Eternel. » (Zacharie 11:13)

Il est certes mention de l’achat d’un champ dans Jérémie, mais le contexte est tout autre:

32:6 Et Jérémie dit: La parole de l’Éternel vint à moi, disant: Voici, Hanameël, fils de Shallum ton oncle, vient vers toi, disant: Achète-toi mon champ qui est à Anathoth, car le droit de rachat est à toi pour l’acheter. Et Hanameël, fils de mon oncle, vint vers moi, selon la parole de l’Éternel, dans la cour de la prison, et me dit: Achète, je te prie, mon champ qui est à Anathoth, dans le pays de Benjamin, car à toi est le droit d’héritage, et à toi le rachat: achète-le pour toi. Et je connus que c’était la parole de l’Éternel. Et j’achetai de Hanameël, fils de mon oncle, le champ qui est à Anathoth; et je lui pesai l’argent, dix-sept sicles d’argent; (emphase ajoutée)

Dans le contexte, on voit que le champ est une aubaine en raison d’un privilège que possède le personnage Hanameël. L’achat de ce champ est considéré comme tout à fait légitime. En revanche, le contexte du Nouveau Testament est que Judas achète un champ avec l’argent gagné pour avoir livré Jésus. C’est dans ce champ qu’il se pend ensuite (ou s’éventre, ou les deux… les récits sont contradictoires à ce sujet également…)

Par ailleurs, le prix d’achat est de 17 sicles d’argent dans Jérémie, alors que Matthieu parle de 30 pièces d’argent, allant jusqu’à citer Jérémie en train de parler de cette somme. On voit donc que le lien entre Jérémie et Matthieu est tout à fait factice. Certains ont toutefois tenté de rationaliser l’erreur afin de rétablir la présumée infaillibilité biblique.

Est-ce vraiment une contradiction?

Une réponse possible est que la prophétie est bien dans Jérémie, nous avons seulement mal regardé. Hélas, tout ouvrage de concordance biblique montrera qu’il n’y a aucune mention dans Jérémie d’achat d’un champ pour trente pièces d’argent (c’est de dix-sept pièces dont il est question, et le contexte n’est pas du tout le même, voir plus bas). Il est possible que Matthieu faisait allusion au texte de Jérémie et, sous l’influence du livre de Zacharie, a écrit « trente pièces d’argent » au lieux de dix-sept.  Cependant, Matthieu cite (ou fait mine de citer) un prophète concernant la somme d’argent, et non le champ que le montant a servi à acheter. L’accent est mis sur la somme: trente pièces, pas dix-sept. Autrement dit, cette explication n’a du sens qu’en admettant que « Matthieu » s’est trompé d’une manière ou d’une autre. Comme il faut, pour réconcilier les textes, admettre qu’il y a eu erreur, alors on doit admettre que la Bible n’est pas infaillible.

Une autre possibilité est que le ou les auteurs de Matthieu (ou un scribe retranscrivant le livre) s’est trompé et a écrit Jérémie au lieu de Zacharie. Or, même de dire que la prophétie était dans Zacharie est une interprétation très généreuse. Le contexte et la signification du symbole n’est pas du tout la même dans les deux textes. Matthieu parle d’un mauvais prix, alors que dans Zacharie ces pièces d’argent sont vues d’un bon oeil. Plus précisément, Matthieu indique que le prix obtenu pour la vie de Jésus était dérisoire, alors que l’hébreu dans Zacharie parle plutôt d’un prix « suffisant » pour acheter quelque chose de « précieux ». Si Matthieu avait vraiment voulu citer Zacharie, il aurait sûrement utilisé cette notion de « précieux » (en parlant de Jésus) au lieu de parler d’une arnaque. On se doute déjà que Matthieu ne savait pas trop de quoi il parlait.

Une solution rationnelle

Voici ce qui, de manière plus réaliste, s’est produit. Dans une tentative de souder la Thorah à cette nouvelle somme de textes religieux, le ou les auteurs du livre de Matthieu ont tenté de créer le plus possible de liens entre les soi-disant « Ancien Testament » et « Nouveau Testament ». Le but était de légitimer leur entreprise aux yeux des Juifs tout en ménageant les Grecs et les Romains, en montrant leur proto-bible comme un livre unique, un texte continu.

Ce faisant, ils citaient à tort et à travers des passage des textes sacrés juifs et les interprétant à leur manière, favorable à leur doctrine bien entendu, imaginant des prophéties à peu près partout. Un équivalent moderne serait de dire que Tintin a prédit les massacres au Congo, puisqu’il a après tout déjà mentionné le Congo.

Pour résumer: cette erreur dans le texte montre une tentative ratée de lier les textes religieux de la secte chrétienne primordiale et du judaïsme, erreur qui a persisté à cause de l’igorance, fortuite ou délibérée.

(Adapté pour le blog d’après une entrée de l’Encyclopédie Libre sans dieu.)

Publicités

11 Commentaires

  1. Pingback: La Bible se cite elle-même hors contexte « Le blog Libre sans dieu!
  2. lambert gimey

    Libre sans Dieu pourrait-il se tromper ?

    Lisant fortuitement votre commentaire, je me permets de proposer une solution qui pourrait réconcilier la Bible avec elle-même pour ce qui concerne la citation du champ attribuée à Jérémie par Matthieu alors que manifestement elle provient de Zacharie.
    En Luc 24.44, il est question de la division de l’Ancien Testament en 3 portions ; 1er: la loi de Moïse, 2ème: les Prophètes, 3ème: les Psaumes. Ainsi on peut constater que « les Prophètes » constituent la seconde section du canon Hébraïque; cette section commençant par le Prophète Jérémie, aussi avait-on pour habitude d’appeler par le nom du premier Prophète toute la section qui inclut plus loin le Prophète Zacharie.

    Il adviendra sans doute que cette proposition ne satisfera pas tout lecteur pas plus que celles que j’ai lu ne peuvent me satisfaire.
    Pour être plus général, il est incontestable que la Bible présente un certain nombre de points difficiles à expliquer. Il est cependant vraisemblable que celui qui veut à toute force la rendre cohérente y parvient et celui qui ne le veut pas y parvient tout autant.

    Pour ma part, j’ai choisi d’y croire depuis longtemps, je persiste et signe avec joie.

    Bien à vous.

    Gérard

    • libresansdieu

      Votre réponse, même si elle « se tient », demeure tout de même largement spéculative et ad hoc. De plus, comme l’indique notre petit article, la « prophétie » ne se retrouve pas non plus dans Zacharie, autrement que par un effort d’interprétation assomant. On nage en plein concordisme, quoi.

  3. mathias

    Premièrement, la prophétie de Mathieu 2:17 n’a rien à voir avec Judas Iscatiot :
    2:17 Alors s’accomplit ce qui avait été annoncé par Jérémie, le prophète :
    2:18 On a entendu des cris à Rama, Des pleurs et de grandes lamentations : Rachel pleure ses enfants, Et n’a pas voulu être consolée, Parce qu’ils ne sont plus. (cf Jérémie 31:15)
    Dans Jérémie, le texte décrit les lamentations des mères dont les fils sont mort ou partis en exil suite à l’invasion de ennemie. Car, souligne le prophète, avant le Salut (Jérémie 31:16 Ainsi parle l’Éternel : Retiens tes pleurs, Retiens les larmes de tes yeux ; Car il y aura un salaire pour tes oeuvres, dit l’Éternel ; Ils reviendront du pays de l’ennemi. 17 Il y a de l’espérance pour ton avenir, dit l’Éternel ; Tes enfants reviendront dans leur territoire.) et l’instauration de la nouvelle alliance (31:34 Celui-ci n’enseignera plus son prochain, Ni celui-là son frère, en disant : Connaissez l’Éternel ! Car tous me connaîtront, Depuis le plus petit jusqu’au plus grand, dit l’Éternel ; Car je pardonnerai leur iniquité, Et je ne me souviendrai plus de leur péché.), le peuple connaîtra le jugement.
    Pour Mathieu, Jésus « récapitule » l’Histoire du peuple qu’il représente et le conduit vers la nouvelle Alliance.
    Ou donc est Judas Iscariot ici ?

    Pour le passage de mathieu 27, l’explication de Gérard suffit amplement.
    Je rajouterai juste que dans ce passage, l’important n’est pas le prix en lui même (dont effectivement il peut varier en fonction du choix de l’interprétation), mais du peu d’estime accordé à Jésus (cf Zacharie 11)

    bien cordialement

    • libresansdieu

      Votre interprétation ne tient pas compte du texte de Matthieu 27:9, le passage dont il est question dans l’article. Quant à celle de Gérard, elle fait preuve de beaucoup d’imagination, certes, mais n’apporte pas de solution aux problèmes soulevés dans le billet.

  4. Alban

    Libresansdieu, je suis étonné que vous échangiez avec des gens qui sont venus sur ce site pour essayer « d’évangéliser », en citant les « évangiles »…ces espèces d’éructations de simplets analphabètes de la préhistoire; ainsi que fût le coran inventé par le calife Uthman comme l’on crée une constitution (but: imposer…car si un dieu quelconque existait il aurait fait le boulot lui-même, au lieu de se reposer, le 7ème jour,)
    « L’existence de toutes ces religions prouve bien l’inexistence d’un dieu quelconque »
    Sinon, pourquoi ce bazar et ces mille religions et croyances qui ont existé.
    Je vais citer une anecdote donnant le niveau intellectuel des croyants en général et de cette pauvre dame en particulier.
    Elle s’appellait Anne Françoise Avérous propriétaire de vignobles dans le Bordelais.
    Ses vignes étant atteintes par le phyloxéra elle pria et demanda conseil et assistance à l’évêque de Lourdes avec qui elle échangea une barique de son meilleur vin contre une barique d’eau bénite (de la lyonnaise des eaux certainement). Elle aspergea toutes ses vignes qui………..crevèrent bien sûr !! Comme disait Démocrite 460-370 avant notre ère les choses divines ne sont concues que par l’esprit humain…
    Mais je préfère encore Platon qui disait: « On peut pardonner à un enfant d’avoir peur de l’obscurité, mais la vraie tragédie c’est quand les adultes ont peur de la lumière »
    La peur de la lumière c’est la peur de contester un dieu avec le risque de brûler en enfer (encore une belle invention pour faire peur aux fragiles). Mais l’intelligence et la science progresse et je suis confiant dans un avenir qui verra l’homme se libérer de ces sornettes qui n’apportent que souffrance, haine et désolation.
    Paix et sérénité pour ceux qui savent être poussière de passage.
    NB: Je proposerais bien, puisqu’il y a des journées de tout, de créer une journée de la prière ou les 6 Mds de terriens feraient le même jour à la même heure une prière si possible avec un haut-parleur. « ô mon dieu faites que la paix règne sur terre et que toutes vos créatures, dont vous êtes seul respônsable, ne se déchirent plus et vivent en paix.!! » Avec la sono à fond bien sûr car il a été démontré au cours des siècles une certaine surdité…la distance peut-être !!!

    • SERUJ

      Bonjour,
      Sachez monsieur, que la Bible est infaillible. Si même vous prenez le temps de regardez l’Histoire de plus près vous verrez qu’elle remonte à la Bible et précisément à l’Ancien Testament. Vous constaterez alors que l’Exode des Tribus d’Israël a conduit à se retrouver avec des élites toutes juives, et que la couronne britannique l’est également, que la maison « Windsor » ainsi que Charlemagne sont des descendants de David de la Tribu de Juda, et que les Mérovingiens sont descendants de Samson de la tribu de Dan. Tout cela est facilement vérifiable.
      La Genèse explique clairement le plan de Dieu, de soumettre les hommes à la terre sous influence de Satan (1 Jean 5:19)(Apocalypse 12 :9), et d’éprouver chacun pour connaître lesquels sont fidèles à Lui et lesquels succombent à leurs désirs de chaire et à la tentation .
      Ceci dit, pour lire et comprendre la Bible, il faut la Foi. (2 Corinthiens 4:3-4)
      Comment pensez vous que finissent les violeurs, assassins,et autres sataniques qui achètent et sacrifient des bébés ? Qu’ils ne sont jamais punis et qu’ils meurent de vieillesse entourés de leur famille dans la joie et qu’ils sont réincarnés dans une hirondelle ?
      Pourquoi croyez vous que le Mal est de plus en plus présent en ce monde ? (2 Thessaloniciens 2:7)
      L’Apocalypse nous explique clairement en 2:9 et 3:9 que les 10 Tribus perdues d’Israël (toutes sauf Juda et Benjamin), sont rebelles à Dieu et attendent un autre messie que Jésus Christ et que c’est de la Tribu de Dan que sortira l’Antechrist, (qui est le messie des Juifs messianiques il faut le savoir !).

      On peut constater que tout est fait pour nous faire aller à l’encontre de la Loi, le divorce, l’avortement, la drogue, le sexe, tout cela sont des éléments de perversion qu’on nous vend comme la Liberté … Quelle liberté et le mariage pédophile c’est pour quand?

      Peut -être un peu HS mais j’espère que vous aurez pris conscience de l’importance de la connaissance en Dieu dont nos élites nous éloigne chaque jour un peu plus, alors que eux imposent leur religion … (1 Timothée 4:1-3)
      (Épître de Jude) (1 Romains 1:21-32)

      (Osée 4:6) (Proverbes 1:7) (1 Jean 2:22)

      Dieu vous garde tous.

  5. Iscuryc

    On ne peut pas dire que Jésus ne cherche pas la contradiction.

    Dans la mesure où les adeptes de l’inerrance biblique ne vont pas plus loin, cette approche quasi mathématique des prophéties est recevable, voir louable si elle suffit à questionner un seul d’entre eux. Mais il est impossible de démontrer que les hébreux avaient une lecture logicienne de leurs textes. Tous les documents historiques que l’on possède vont même totalement à l’encontre de ça. Votre approche rationnelle est donc plus que douteuse.

    Z. H. Chages dans le « Student’s Guide to the Talmud » fait part d’une pratique largement adoptée par les rabbins, de citer, d’appeler, de caractériser, divers personnages, sous un seul et même nom, notamment dans le cas où ils leurs trouvent des similitudes à quelque niveau que ce soit, comme ça leur parle ! Cet exemple de quiproquo entre Zacharie et Jérémie fait pâle figure. Pourquoi ne pas aussi mentionner en 2 Chroniques 36:21 que l’auteur cite Lévitique 26:34-35 et Jérémie 25:12, alors qu’il n’y a que Jérémie qui est sensé parler ? Un autre exemple serait dans le Talmud, en Megillah 15a, où Rabbi Yehoshua ben Korchah dit que Malachie et Ezra sont la même personne. Z.H. Chages cite encore des beaucoup d’autres exemples purement juifs.

    Comme le Talmud, les commentaires juifs de l’AT de Qumran ou ceux issu des Targumim, prennent autant de liberté sans but missionnaire apparent. La pensée juive, n’est pas la pensée grecque. Un des principes fondamental d’interprétation de la Bible hébraïque est que les textes peuvent prendre une infinité de sens, dans le but d’être parole de Dieu aujourd’hui, et non hier au moment de la rédaction. Cela n’a rien à voir avec une approche historiciste et scientifique, c’est une logique qui est propre à la culture biblique. La vérité biblique est sous-jacente à la vérité historique, comme le disent bon nombre d’exégètes universitaires aussi bien protestants que catholiques (y compris le pape). Carl Jung dans un autre style parlait d’archétypes en lien avec l’inconscient.

    Dans le cas de Matthieu les versets de l’AT utilisés ne ressemblent guère à une prédiction d’un événement à venir. Ce n’est donc pas la seule définition possible de la « prophétie » comme on peut le voir. Apriori ça ne vous dérange pas plus que ça ne dérange les chrétiens fondamentalistes. Si on veut suivre la logique dogmatique de l’église, il est possible que Matthieu cherche à faire ressortir la divinité de Jésus par une exégèse fondée sur son expérience, et qui ne prouve rien objectivement : « Et l’Eternel me dit, Jette-le au potier, ce prix magnifique auquel j’ai été estimé par eux ». C’est un des parallèles qui me semble le moins ambigu, en tenant compte des pratiques de l’époque.

    En résume, si votre conclusion est votre postulat de départ, et que vous n’avez qu’en tête d’attribuer à l’auteur de Matthieu, l’intention de prouver mathématiquement que la prophétie se réalise, vous ne fournissez pas beaucoup de matière à réflexion. Il faudrait d’abord que l’auditeur ou le lecteur croie que Jésus a existé et que tout ce qu’on raconte de lui est fondé, à une époque où on raconte aussi diverses épopée, mythes, légendes, figure divine de César…etc.

    C’est vous faire pionnier d’un néo-obscurantisme bloqué au siècle des lumières sans esprit critique. Vous adoptez la même définition réductionniste et faussée de la foi que le clergé, dans le but de maintenir dans l’ignorance des travaux universitaires qui ont connu leur apogée chez les exégètes sous l’influence importante de Rudolf Bultmann ou Marcel Légaut. A l’heure actuelle même le pape a une distance raisonnable par rapport à ce que vous présentez du christianisme.

    Même si rien ne peut vous surprendre en ce qui concerne les religions, sachez tout de même que toutes les cloches n’ont pas le même son, et que plus d’un pasteur/rabbin n’en restent pas à constater bêtement qu’il n’y a pas de Dieu : http://erf-dreux.net/articles/predications/28_04_09_Les_Lectures_rabbiniques.pdf

  6. rocco

    ” La prophétie concernant les 30 pièces d’argent a été rédigée, c’est vrai, par Zekaria et non par Jérémie. — Zekaria 11:12, 13.
    Il apparaît que Jérémie, et non Isaïe, était parfois placé en premier dans l’ensemble de livres nommé “ les Prophètes ”. (Matthieu 22:40.) Aussi, en parlant ici de “ Jérémie ”, Matthieu se référait à toute une section des Écritures portant le nom de son premier livre. Cette section comprenait Zekaria.
    De même, Jésus a désigné par “ Psaumes ” plusieurs livres bibliques également connus comme les Écrits. Ainsi, quand il a dit que toutes les choses écrites à son sujet “ dans la loi de Moïse et dans les Prophètes et les Psaumes ” devaient se réaliser, il faisait allusion aux prophéties contenues dans toutes les Écritures hébraïques. — Luc 24:44.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s