Pasteur fait assassiner un aveugle pour encaisser son assurance vie

Dans la filière « la religion n’entraine pas nécessairement la moralité »:

A Baltimore pastor who worked with developmentally disabled people was charged Friday with befriending a blind and disabled man in his care, then paying a hit man $50,000 in church funds for an execution so he could collect life insurance money.

Police say Kevin Jerome Pushia, 32, who worked for four months as an operations manager for the Arc of Baltimore before abruptly quitting in January, confessed to plotting to kill Lemuel Wallace.

Pushia told police he persuaded Wallace and « numerous » other mentally challenged individuals to list him as a beneficiary on insurance policies.

A terse notation in Pushia’s planning calendar for Feb. 5, the day after Wallace was found dead in a Leakin Park bathroom stall from multiple gunshot wounds to the head and back, reads: « L.W. project completed, » police said.

(source)

Non seulement il a fait assassiner un aveugle pour de l’argent, mais il complotait probablement de tuer d’autres handicapés. L’ironie atteint son comble quand on considère que l’ignoble pasteur employait l’argent de l’église pour payer son tueur à gage…

Publicités

8 Commentaires

  1. Déréglé temporel

    Je ne vois pas ce que cette histoire fait ici. Si votre but est de faire la promotion de l’athéisme ou de dénoncer les abus de l’Église, faire la chronique des faits divers impliquant des pasteurs n’est pas pertinent.
    Cela le serait si vous insinuiez que c’est sa foi qui l’a poussé à agir ainsi. Mais alors, ce serait pertinent, mais malhonnête, puisque rien ne permet de l’affirmer.

    Il a détourné les fonds de son église? la belle affaire! ça le confirme dans le statut de criminel et n’apporte rien à votre propos. Si un préposé à l’aide sociale détournait l’argent destiné aux BS, diriez-vous que le système de bien-être social est intrinsèquement mauvais?

    Cette nouvelle n’a de pertinence ici que si votre commentaire permet de dépasser le fait divers pour atteindre une question de fond. Ça n’est pas le cas.

    Faudrait éviter de confondre le militantisme avec le salissage.

    • libresansdieu

      Le but était inscrit en haut de l’extrait: montrer une fois de plus qu’être religieux n’entraine pas nécessairement une moralité irréprochable. Je doute par ailleurs que les employés de l’aide sociale soient perçus comme des repères en terme de normes sociales.

  2. Déréglé temporel

    Honnêtement, il n’y a pas grand-monde de sérieux, y compris chez les religieux souvent les plus acharnés, pour dire qu’être prêtre est synonyme de moralité. C’est un sophisme qui est surtout utilisé chez les militants antireligieux, dont la cause est juste, mais qui sont aussi navrants dans leurs méthodes que tous les autres militants.

    • libresansdieu

      Je suis d’accord que parmi les auteurs sérieux cet argument est peu souvent rencontré, le problème est que bien des auteurs ne sont pas tellement sérieux (et ce sont souvent aussi les plus populaires… L’argument moralité=religion est étrangement le plus souvent rencontré, encore aujourd’hui, souvent avec des phrases toutes faites comme « si dieu n’existe pas alors tout est permis », etc.

  3. Déréglé temporel

    « Je doute par ailleurs que les employés de l’aide sociale soient perçus comme des repères en terme de normes sociales. »

    OK. Si un prof d’éthique se fait prendre à commettre un crime, vous allez dire qu’il devrait être exclu des cours et de la recherche en éthique. Allez-vous pour autant en conclure qu’il faut exclure l’éthique des matières pertinentes à l’Université?

  4. Déréglé temporel

    Ah, non, là vous faites une erreur d’interprétation:
    l’argument religion = moralité, qu’on rencontre effectivement très souvent, n’est absolument pas équivalent à l’argument pasteur (ou équivalent) = moralité. Le premier se réfère à un système de croyances et de règles, le second à des hommes chargés d’en exercer le ministère.

    L’équivalent de votre argument, c’est le « monachatus non es pieta » (orthographe approximative) d’Érasme. Un argument fort… au XVIe siècle. Aujourd’hui il est entendu (sauf, parfois, dans le cas très particulier de très hautes autorités religieuses, comme le Pape ou Khamenei, mais nous sommes loin du menu fretin dont vous traitez ici) que l’homme chargé du ministère de la foi est faillible moralement.
    Mais admettons… réfléchissez: que démontrez-vous en employant l’argument d’Érasme? la même chose qu’Érasme, à savoir que les structures humaines encadrant la foi ont besoin d’une réforme. Et, comme Érasme, votre argument ne touche en rien la religion elle-même.
    Dans le cas que vous rapportez, le pasteur s’est écarté des préceptes de sa religion. So what? cela n’empêche pas sa religion de véhiculer des principes moraux.
    Vous vous trompez de bataille.

    • libresansdieu

      Comme vous dites: so what. C’est loin d’être le seul argument qu’on est en mesure de présenter – s’il s’avère que celui-ci fait réfléchir des gens (je pense aux déboires de Ted Haggard qui ont fait 14 fois le tour des médias) alors tant mieux.

  5. Déréglé temporel

    Bah, c’est votre blog.
    Simplement, moi, si je tenais un blog militant, je veillerais davantage sur ma crédibilité. Cela signifie:
    1) de ne pas me disperser dans des faits divers insignifiants
    2) de ne pas sombrer dans le salissage et la culpabilité par association. Je veux bien vous croire honnête, mais c’est à ça que ça ressemble.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s