Fatima Houda-Pépin commente Les Versets Sataniques

C’était il y a vingt ans:

Fatima Houda-Pépin, actuellement députée libérale de La Pinière, livre ses idées sur l’œuvre de Salman Rushdie.

Houda-Pépin, à demi-mot, approuve la fatwah contre Rushdie en montrant comment il est, selon elle, responsable des problèmes qu’il a eu suite à la publication de son livre:

Voir la vidéo.

Quelques extraits intéressants (emphase et hyperlien ajoutés) :

Salman Rushdie, c’est un homme qui a un complexe d’infériorité […] vis-à-vis de sa culture et de sa religion. […] C’est un homme qui est mal dans sa peau et pour lui la solution est simple, il décide de s’assimiler. Mais en s’assimilant, c’est comme quelqu’un qui veut être plus royaliste que le roi, en s’assimilant il voulait rejeter tous les signes distinctifs de sa culture d’origine, y compris sa religion. Si Salman Rushdie avait voulu rejeter sa religion pour lui-même ça n’aurait dérangé personne. Or le fait est qu’il veut projeter cette image d’infériorité à tous les musulmans et au monde entier.

Par rapport au titre du livre:

Le choix de ce thème est en soi une provocation. Il n’est pas neutre, ce choix là. […] Rushdie, il prend ce fait historique, il le sort de son contexte, sans aucune explication […] et il le traduit en fiction, une fiction où l’islam est ridiculisé de fond en comble, où le prophète devient un homosexuel […] Pour cela, le contenu du roman est préjudiciable. Il ne s’agit pas de dire qu’il n’a pas le droit de s’exprimer et qu’on brime sa liberté d’expression, la question n’est pas là. La question, c’est qu’il porte atteinte à la croyance d’un groupe de gens qui représente plus d’un milliards de croyants dans le monde. Et là je ne parle pas de Khomeini, car Khomeini il a ses raisons, comme l’occident a ses raisons de le provoquer. […] Ce qu’il faut comprendre, c’est que cette réaction est justifiée, et on ne peut pas continuer de prétendre que cet homme a le droit d’exprimer ses opinions. Certes il a le droit d’exprimer ses opinions, mais l’autre côté de la médaille c’est qu’il y a une attaque virulente, violente et on ne peut faire ça sans s’attendre à avoir de la violence en retour. […] Les menaces de mort, on a fait toute une histoire avec Khomeini, [mais] il y a des milliers d’intellectuels qui sont morts en Iran et personne n’a réagi.

Il semble évident d’après ces extraits que Houda-Pépin banalise les menaces à l’endroit de Rushdie et l’accuse d’être responsable de ses malheurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s