Laïcité et égalité – Une stratégie sournoise

Par Djemila Benhabib – Auteure de Ma vie à contre-Coran. Le Devoir, 22 décembre 2009

[…] Il y a autre chose — de plus sournois — qui se dessine et transparaît de l’attitude du gouvernement depuis le mois de mai dernier, alors qu’il a clairement pris position pour le port des signes religieux dans la fonction publique: c’est son fort penchant pour la laïcité «ouverte» et sa stratégie délibérée d’instrumentaliser l’administration publique ainsi que l’école à travers le programme d’Éthique et de culture religieuse (ECR) et la Commission des droits de la personne pour «encadrer» la société et la rendre plus perméable aux demandes religieuses. […]

En octobre dernier, après avoir défendu sur toutes les tribunes la pertinence du projet de loi 16, le voilà tabletté. Pour combien de temps? Là est la véritable question. Quant au programme d’ECR, il fait l’apologie du religieux plutôt que d’en faire une lecture historique, il sème la confusion entre ce qui a trait aux connaissances et ce qui se rapporte aux croyances. Cela entraînera, inéluctablement, une permissivité face au fait religieux et ne permettra pas aux élèves d’en faire une analyse critique. Cette approche constitue un réel danger pour l’avenir de la laïcité et ouvre la voie à plusieurs dérives. Le gouvernement préfère ouvrir la laïcité plutôt que d’ouvrir le débat sur son contenu, et cela, au mépris de la population, des partis d’opposition, des syndicats, du Conseil du statut de la femme et de différents organismes laïques et féministes qui demandent un débat sur la question.

(emphase ajoutée)

Lire le texte complet.

Publicités

3 Commentaires

  1. Déréglé temporel

    Djamila Benhabib est une démagogue qui n’hésite pas à mentir pour la cause. Elle s’est fait prendre en flagrant délit quand elle a dénoncé un supposé « entrisme massif » au conseil du statut de la femme, insinuant que le vote qu’elles avaient fait sur le voile avait été dicté par des sympathisantes de groupes musulmans. Une journaliste (Marie-Claude Lortie) a vérifié: au plus quelques femmes voilées se sont joint à ce vote. Alors que Benhabib parlait d’autobus complets. Lors de cette même affaire elle a délibérément déformé les propos du conseil du statut de la femme, insinuant (comme bien d’autres) qu’elles prenaient la défense du hidjab, alors que leur résolution contenait une dénonciation claire du hidjab comme symbole de soumission des femmes. Il est ironique de constater qu’alors qu’elle s’est efforcé d’enfoncer le Conseil du Statut de la Femme pour se faire du capital politique sur son dos, maintenant elle l’instrumentalise à l’appui de ses thèses.
    Curieusement, les paragraphes que vous citez sont les plus douteux de l’ensemble de son texte. C’est le reste qu’il aurait été intéressant de discuter.

    Concernant le cours d’ECR, elle se contente de pencher dans le sens du vent, répétant les critiques formulées par Joëlle Quentin et d’autres nationaleux qui n’ont aucun argument vraiment solide. Avez-vous lu la prétendue « étude » de Mme Quentin, à la source de l’actuelle relance de la polémique? Une « étude » supposée parler du contenu du cours, alors qu’en réalité elle ne parle que des discours qui ont été tenu autours du cours. De la bullshit du début à la fin.
    La reprise que Djamila Benhabib fait de ce discours ne repose sur aucun argument solide et est purement idéologique.

    Ni Mme Quentin, ni Mme Benhabib ne sont des sources crédibles.

    Vous ne devriez pas vous associer à n’importe qui, dans votre militantisme.

    • libresansdieu

      Lortie semble pourtant bien aimer Benhabib. Elle l’a pluggé récemment ici: http://blogues.cyberpresse.ca/lortie/?p=2102

      Et en avait déjà parlé comme « une des rares féministes musulmanes québécoises à oser s’opposer publiquement et catégoriquement au port du voile islamique dans la fonction et les services publics. » (au http://blogues.cyberpresse.ca/lortie/?p=1552 )

      J’ai tenté de retrouver ton histoire d’entrisme et d’autobus, en vain. Ce qui se rapproche le plus est la mention d’une « poignée d’islamistes » présents lors d’une réunion de la FFQ.

      Ah et je n’ai jamais cité Quentin, donc je ne m’associe pas à elle – je n’ai aucune idée de qui il s’agit. (T’es sûr que tu ne veux pas plutôt parler de Quérin? ) Je n’aime pas vraiment les « nationaleux ». Critiquer un cours au nom du ragoût de patte et de la tourtière, c’est assez moyen j’en conviens.

  2. Déréglé temporel

    Quérin, tu as raison.
    Je veux bien croire que tu ne t’associes pas à elle, mais il reste que c’est sensiblement le discours qui fonde celui de Benhabib. La seconde ne cite pas la première, mais la coïncidence des discours est trop forte pour que ce soit un hasard. Si ça se trouve, elle ne l’a pas lu directement, mais comme c’est un discours qui a été repris de façon tragiquement moutonnière dès la sortie de la pseudo-étude (par Mario Roy, Joseph Facal, Jean-François Lisée, entres autres).
    J’étais assez critique du cours d’ECR au départ, mais je suis revenu de mes critiques après avoir discuté du sujet avec quelques profs et stagiaires qui donnent le cours; l’actuel discours reproduit avec quelques années de retard mes inquiétudes initiales, mais ne semble pas se recouper avec les informations que j’ai désormais sur la pratique du cours – et pour cause, ils se basent tous sur Quérin, qui ne s’y est jamais intéressé.
    Bref.
    Autre correction de ma part. J’ai parlé du CSF alors que c’était de la FFQ qu’il s’agissait.

    C’est vrai, Lortie aime bien Benhabib. D’ailleurs elle ne l’a pas critiqué directement. Mais elle a quand même parlé de la question de l’entrisme, un clou martelé par Benhabib dans la semaine qui a précédé.

    Ça se passe ici: http://www.cyberpresse.ca/opinions/chroniqueurs/marie-claude-lortie/200905/14/01-856403-egalite-c-egalite.php

    « À la FFQ, la coordonnatrice générale, Nancy Burrows, affirme que seulement sept nouvelles membres s’étaient inscrites dans les six dernières semaines et n’avaient donc pas le droit de vote à l’assemblée du week-end. Depuis novembre, en outre, 32 nouvelles membres se sont jointes à l’organisme. «En tout cas, a-t-elle affirmé, si quelqu’un a essayé de remplir la salle, ça n’a pas marché.»

    Dans une lettre envoyée au site féministe Sisyphe, l’organisme Présence Musulmane a confirmé que certaines de ses membres ont effectivement participé à l’événement «à titre individuel». »

    Lortie peut soit ne pas avoir fait le lien avec la contradiction avec le discours de Benhabib, soit avoir passé l’éponge, je n’en sais rien. Mais moi, j’ai retenu l’information. J’ai été très déçu, d’autant qu’il y a pas mal de points où je suis d’accord avec elle. Sauf qu’entre ce mensonge et un certains nombre de provocations (à mon avis inutile), j’ai pris son style en horreur. Elle est populiste, et elle tient les propos qui la feront écouter, même si pour cela elle doit jeter de la confusion dans un débat qui demanderait au contraire davantage de sérénité.

    Dans le texte auquel tu te réfères, Mme Benhabib s’en contrefiche du cours d’ECR. Ce n’est pas son vrai cheval de bataille: elle s’intéresse au voile, à la laïcité ouverte (ou non), à combattre l’intégrisme, etc… c’est honorable, mais le fait est qu’elle ne connait probablement pas grand-chose au cours d’ECR. Cette partie de son texte est une porte d’entrée pour faire passer son propos. Elle se contente de répéter ce qu’on en a dit ces dernières semaines. D’un point de vue tactique, c’est une bonne méthode, puisque ça lui assure un minimum d’auditoire, et même d’auditoire complaisant. Mais d’un point de vue intellectuel et moral, c’est plus douteux, parce que ça fait des victimes collatérales qui ne méritent sans doute pas ces attaques (ici, le cours d’ECR).

    Cette partie: « Quant au programme d’ECR, il fait l’apologie du religieux plutôt que d’en faire une lecture historique, il sème la confusion entre ce qui a trait aux connaissances et ce qui se rapporte aux croyances. Cela entraînera, inéluctablement, une permissivité face au fait religieux et ne permettra pas aux élèves d’en faire une analyse critique. » va à l’encontre de tous les témoignages directs que j’ai recueilli, qui au contraire mettent l’accent sur le contenu historique et le contenu culturel. Quant aux discussions à l’intérieur des cours, elles constituent à mon avis un formidable outil à partir duquel les élèves pourront plus tard développer leur esprit critique, contrairement à l’opinion courante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s