La loi anti-gay en Ouganda et la droite religieuse américaine

Le titre peut bien paraitre surréaliste et ce serait drôle si ce n’était pas vrai:

L’Ouganda envisage d’adopter une loi aggravant la criminalisation de l’homosexualité dans le pays, avec des peines de prison à vie voire des peines de mort. L’UE et les Etats-Unis en demandent le retrait. (source: TF1)

Plusieurs médias ont repris l’histoire, mais peu ont mentionné le lien avec la droite religieuse américaine. Le New York Times publiait récemment un article expliquant ce lien. L’origine du projet de loi serait une série de conférences sur l’homosexualité données par des évangéliques américains. Ces conférences reprenaient les points homophobes habituels:

  • l’homosexualité est synonyme de pédophilie;
  • les gays sont des dangers publics car ils transmettent le sida;
  • les gays veulent violer vos enfants;
  • etc.

Des politiciens ougandais ont participé à ces conférences. Et quelques jours plus tard, on se retrouve avec un projet de loi visant l’emprisonnement et la mise à mort des homosexuels.

Kapya Kaoma est un prêtre anglican qui s’est infiltré pendant plusieurs mois dans les milieux évangéliques en Ouganda. D’après Kaoma, le lien entre la droite religieuse et le projet de loi anti-gay est constitué d’une « parade » de représentants de la droite religieuse américaine dont l’objectif est d’importer cette culture en Afrique.

Un de ces charmants personnages est Scott Lively. Lively est un négationniste de l’holocauste et militant anti-gay, qui affirme par exemple qu’il existe un complot gay international visant à démolir les « valeurs » américaines. Selon Lively, des membres du complot seraient actifs en Ouganda, où ils endoctrinent des jeunes filles dans le but de les convertir au lesbianisme. Lively nie être responsable de ce projet de loi, puisque la solution qu’il proposait était l’emprisonnement et non la peine de mort. Il compare l’homosexualité au fait de conduire un véhicule en état d’ébriété: comme il s’agit d’un risque pour la société et les contrevenants devraient être mis en prison et rééduqués.

Cette histoire démontre qu’à-travers leurs « oeuvres missionnaires » (lire: prosélytisme néo-colonialiste), les évangéliques ont créé un monstre.

Advertisements

Un commentaire

  1. Pingback: Ouganda: un leader du mouvement gay assassiné | Le blog Libre sans dieu!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s