Réponse de K

K me relance avec de nouvelles questions et demande des éclaircissements concernant mes réponses précédentes:

Merci d’avoir répondu si vite à mes questionnements. J’apprécie beaucoup votre franchise et votre honnêteté. Vous ne dénigrez pas ce que je vous ai posé, et j’en suis reconnaissant.

Mes prochains propos pourront sembler vouloir entrer dans un débat, mais cela n’est pas pour cette raison. Ils sont simplement de nouveaux questionnements face à vos réponses.

J’aimerais vous rappeler par contre quelque chose dans ce que je vous ai dit: j’entends par religion une philosophie de vie. La religion, c’est de la philosophie, enrobée de dogmes, de rituels. Si l’on enlève tout le superflu de la religion, nous y retrouvons des thèses philosophiques sur les questions au niveau métaphysique.

Donc j’exprimerais mieux mon idée par le mot « philosophie » que « religion ». J’utiliserai donc ce terme pour définir ce que je veux vraiment dire.

Si une philosophie ne répond pas à vos questionnements profonds, alors vous pouvez toujours l’éliminer de votre conceptualisation de l’au-delà, si vous y croyez évidemment.

Pour ce qui est de Platon, il y a évidemment certaines ressemblances. La plupart des gens du Proche-Orient de cette époque étaient beaucoup influencées par les philosophes grecs, et c’est normal. L’écriture de la Bible n’a pas été faite par Dieu, mais par des hommes de cette époque, qui vivaient avec ces philosophies à chaque jour. De plus, les écrits de Paul sont très philosophiques. Il utilisera de nombreuses fois des textes grecs de l’époque, des expressions philosophiques de l’époque. Ce n’est pas parce qu’il copie les philosophes, mais parce qu’il utilise ce que tout le monde utilise pour approuver ses arguments, soit la philosophie.

De plus, je ne comprends pas ce que vous ne trouvez pas d’éthique et de moral dans le fait de dire  »Aimes et aide ton prochain ». J’aimerais que vous m’éclaircissiez là-dessus. Si c’est possible, j’aimerais que vous puissiez me mettre en lien les textes philosophiques et scientifiques qui ont répondu à vos questions métaphysiques. J’aimerais beaucoup de lire ces thèses.

La réflexion sur le fait que la science répond au comment et la philosophie au pourquoi ne réduit pas la science à un niveau moindre. Au contraire, elle aide à pouvoir mieux définir les raisons d’être.

Si vous ne croyez pas qu’il y a une finalité dans chaque chose, alors y a-t-il une raison de vivre, un but à l’existence? S’il n’y en a pas, à quoi bon vivre alors? Bon je sais que cela rappelle les philosophes du siècle des lumières ainsi que leur réflexion. Je crois que c’était Sartre qui disait qu’il n’avait aucune raison d’exister, et donc il n’a aucune raison de se garder en vie. Donc pourquoi ne pas se suicider ? Que pensez-vous à cela ?

De plus, j’aimerais que vous m’éclaircissiez au niveau de la différence entre l’évolution et l’abiogenèse. À moins que j’ai mal compris, des scientifiques expliquaient que les créationnistes ne comprennent pas que le créationnisme est à l’encontre de l’abiogenèse, et non pas de l’évolution.

De plus, pourquoi dites-vous que l’on ne peut accepter l’un ou l’autre ? Une espèce ne peut donc pas évoluer au sein d’elle-même sans qu’elle ne change pas d’espèce ? Quelle serait donc la limite à dire qu’une espèce a permuté à une autre espèce ?

Merci et j’espère que mes commentaires ne seront pas mal vu ou simplement pour essayer de vous tendre un piège. Comme j’ai dit dans mon dernier message, mon but n’est pas de me moquer, ni de déplorer, ni ridiculiser, mais bien de comprendre.

La philosophie n’est pas la même chose qu’une philosophie de vie. Dans le premier cas il s’agit d’une méthode de recherche par l’analyse de concepts, dans l’autre d’un ensemble de principes guidant notre action au quotidien. Il est important de distinguer les deux.

La philo tente de clarifier des problèmes conceptuels, qui proviennent souvent de disciplines scientifiques. En ce sens elle peut éclairer la démarche scientifique en préparant le terrain pour des investigations futures et en éliminant des faux débats. C’est quelque chose que la religion ne peut pas faire.

J’ai beaucoup de difficulté avec l’énoncé « la science explique le comment et la religion le pourquoi ». Même en lui accordant ses présupposés (notamment que la nature a un « pourquoi » qu’on doit expliquer) cet énoncé est simplement faux. La science n’explique pasm toujours le comment, souvent elle se contente de modéliser puisque le comment n’est pas accessible. De même, la religion ne nous dit pas pourquoi les phénomènes se produisent ainsi, en dehors de « car Dieu l’a voulu ainsi ». Ce n’est pas une explication valide.

Je me demande même si répondre au pourquoi donne réellement des informations sur les choses. Par exemple, à la question « pourquoi le cerveau fonctionne ainsi », on pourrait répondre que c’est un ensemble de lutins qui sont dans notre tête et font marcher le cerveau de cette manière. On pourrait dire que les lutins ont un but précis, lequel nous échappe complètement. Même si nous n’avons rien expliqué du tout, on a répondu à la question « pourquoi ». Peut-être aurions-nous plus de chance en se demandant comment le cerveau fonctionne.

Comme je l’ai dit dans ma réponse précédente, je ne crois pas qu’il existe une finalité dans la nature, et j’estime que la croyance en une telle finalité peut être nuisible lorsqu’on est face à certains types de phénomènes. Je pense par exemple aux phénomènes qui s’expliquent par leur histoire naturelle, notamment en biologie et en géologie. Le « pourquoi » des couches géologiques, c’est leur histoire, leur passé. Ce n’est pas leur futur (un but), ni l’intervention d’un dieu (on pourra toujours supposer la supervision d’un dieu, mais ça n’ajoute rien à l’explication).

On en arrive à la question existentielle: s’il n’y a pas de but, alors pourquoi vivre?  Le suicide ne rendra ma l’existence moins absurde, j’entends par là que le fait que je me suicide ne fera pas en sorte que tout à coup l’existence (incluant celle des autres humains) aie une finalité. Le suicide n’étant pas une option, il reste la vie, pour s’opposer réellement à l’absurdité première.

Concernant la macro: selon le concept d’espèce biologique, lorsque deux populations ne sont plus interfécondes suite, on dit qu’il y a eu spéciation. (C’est de la macro.)

Je ne suis pas certain de comprendre votre question concernant l’abiogenèse. Il s’agit d’une branche de la biologie qui s’intéresse au début de la vie. Il y a actuellement plusieurs hypothèses à ce sujet, et c’est une sujet qui est à mon avis tout à fait fascinant.

Alors voilà, j’espère que j’ai répondu au moins partiellement à vos questions et que ce message n’a pas pris des proportions trop épiques.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s