Les musulmans forment-ils une « race »?

Religion = race?

Plein de problèmes émergent lorsqu’on tente de faire cette équation absurde. Oui, la religion est souvent associée à un groupe ethnique, ou du moins ce qui peut passer pour un groupe ethnique. Mais ça ne veut pas dire que religion = race.

Nous employons l’exemple des musulmans puisque c’est celui que préfèrent les tenants de la pensée religion-race (qui sont parfois musulmans eux-mêmes). Mais on pourrait répéter l’exercice avec toutes les religions du monde. Jamais on ne pourra établir un lien religion-race puisque:

  • les groupes religieux ne coïncident pas nécessairement avec des groupes ethniques;
  • inversement un groupes ethnique donné ne coïncident pas avec un groupe religieux;
  • le concept même de race est bon à jeter.

Si vous devez vous rappeler d’une chose dans cet article, ce sont ces trois points. Et aussi le fait que l’équation « religion-race » remet en cause notre liberté (notre devoir?) d’évaluer critiquement les religions en accordant à des idées les droits qui devraient être accordés uniquement à des individus.

Arabe = musulman?

D’abord, les arabes ne sont pas un groupe ethnique défini. Qu’on entende par là les humains ayant l’arabe comme langue maternelle, ou encore les habitants du moyen-orient (ignorons tous ceux parlant d’autres langues, notamment le farsi), il demeure que tous « les arabes » ne sont pas musulmans.

Ces personnes que l’on catégorise comme des arabes peuvent choisir eux-même leur interprétation métaphysique du monde. De nombreux arabophones sont chrétiens (coptes, melchites, maronites et orthodoxes), adeptes du bahaïsme (plus de 350 000 en Iran où ils sont persécutés) ou de moult autres religions.

Ou sans religion: au Québec, où certains craignent que « les arabes » transforment notre belle province en république islamiste, on apprend que les immigrants récents sont souvent sans religion. Trois fois plus souvent que les québécois dits « de souche ». Sans avoir de chiffres exacts concernant les immigrants arabophones, le pif-o-mètre nous dit qu’ils doivent être dans la tendance, c’est-à-dire généralement peu religieux.

Musulman = arabe?

M’enfin. Il demeure quand même que certaines religions sont actuellement plus populaires dans certains coins du globe que d’autres, et ça c’est un fait. Mais les musulmans ne sont pas un groupe identifiable (certains le sont par le port de signes religieux, mais ce sont des cas rares, et justement on les reconnait par des signes ostentatoires). Ceux qui considèrent les musulmans comme un groupe défini et identifiable (des « arabes ») ne doivent pas être au courant pour l’Indonésie et la Malaisie, de même que plusieurs pays africains n’ayant pas l’arabe comme langue majoritaire.

Critiquer les religions, du racisme? Le cas de la MSA

Le sous-entendu de l’équation religion=race, c’est que l’atteinte à une religion est une atteinte à une race. Donc blasphème = racisme.

Le droit d’exprimer des opinions dissidentes et critiques, que soit pour des fins intellectuelles ou purement par humour (« pour le LOLz »), procède du même principe que le droit de pratiquer librement sa religion. Et même si on s’en tient au discours religieux, le blasphème de l’un y est souvent la doctrine de l’autre. Condamner le blasphème en l’associant au racisme (possiblement sous la couverture qu’on nomme « propos haineux ») nuit en fait à la liberté de religion.

Il y a quelques temps, l’association des étudiants musulmans de l’université McGill nous avait pondu un mémoire pour la commission Bouchard-Taylor qui mettait de l’avant la position religion=race en faisant appel au concept de « racisme culturel »:

La laïcité peut être interprétée d’une perspective d’exclusion en vue de servir comme un outil pour obtenir l’hégémonie culturelle, assimiler les minorités et nier leurs droits religieux et culturels. À ce titre, elle est une forme de discrimination et de racisme culturel. (source en pdf anglais, traduit ici)

Remarquez l’emploi de « droits religieux et culturels ». Il n’existe rien de tel. Il existe les droits de la personne, qui sont déjà protégés par les lois et les chartes.

Considérer les religions comme des races, c’est justement faire preuve de « racisme culturel », qui consiste au fond à faire croire à la population qu’un certain sous-groupe est ontologiquement différent (constitue une « race »).

D’ailleurs, tout au long de leur mémoire, cette association musulmane parlent en terme de « nous les musulmans » et « vous les québécois »… sérieusement, qui ici fait preuve de racisme culturel?

Publicités

8 Commentaires

  1. Feel O'Zof

    Je suis d’accord avec tout ce que tu viens de dire. Je tiens toutefois à préciser que discriminer arbitrairement une personne sur la base de ses croyances métaphysiques est aussi pire que de le faire selon des considérations dites raciales. En ce sens, l’islamophobie est égale au racisme. Par contre, cela ne devrait pas nous retirer le droit de critiquer ces croyances comme telle ou de les remettre en question.

    Refuser d’engager quelqu’un parce qu’il est musulman est une forme de discrimination aussi grave que le racisme. Mais empêcher quelqu’un de s’adonner à une pratique illégale, même si c’est une coutume religieuse, n’est pas de l’intolérance ou de la discrimination. C’est tout l’inverse.

  2. HENRY

    En parlant d’islamophobie on oublie que les musulmans par leurs comportements, leurs attitudes et leur prosélytéisme poussent les non musulmans à avoir une attitude hostile. Car si hostilité il y a , elle commence chez les musulmans qui refusent les non musulmans: on ne peut pas se marier avec un non musulman, et musulman qui quitte l’islam est condamné à mort et j’en passe. La religion dans tous les cas et surtout dans un pays non musulman doit rester de l’ordre du privée. Quand on se déclare différent, il est normale quon soit considéré comme tel « différent ».

  3. Pingback: Est-il raciste de critiquer l’islam? | Le blog Libre sans dieu!
  4. Déréglé temporel

    @LSD: vous faites l’équation ethnie = race, ce qui est faux. Cela invalide une très grande partie de votre raisonnement.
    L’ethnie, c’est en gros tout ce qui entraîne la formation d’un groupe identifiable dans une société donné – généralement en excluant de « groupe identifiable » les classes sociales. Ça peut être la couleur de la peau, la langue, la religion, un usage quelconque, la tribu, la nation d’appartenance et/ou d’origine. En ce sens, l’islamophobie est une ethnophobie, discriminant non seulement les musulmans sur la base de leurs croyances métaphysique, selon la formulation de Feel O’Zof, mais aussi les musulmans non-pratiquants ou semi-pratiquants, sur la base d’une association avec l’islam.

    • libresansdieu

      Je ne pense pas que l’islam puisse définir une ethnie. Il n’y a pas de culture commune de laquelle tous les musulmans seraient issus – si on considère que toute caractéristique commune forme une ethnie ça ne sert plus à grand chose de parler d’ethnie.

      Il y a des groupes ethniques qui sont musulmans, mais pas une « ethnie musulmane ». Je pense que l’islamophobie procède justement d’un regroupement des musulmans en une masse uniforme, qui facilite une sorte de culpabilité par association. Bref, je pense comme toi que c’est une ethnophobie, mais seulement car l’islamophobe s’imagine qu’il y a une ethnie musulmane uniforme (qui marche vers la destruction de la culture québécouaise, etc, etc…)

      • Déréglé temporel

        J’ai donné une définition du concept « ethnie » qui est cohérente avec ma vision. Jusqu’à maintenant, tu as dit qu’il y a des ethnies-ci et pas d’ethnie-ça, mais j’ignore toujours en fonction de quelle définition tu te permets de faire une telle affirmation.

        Qu’en arrivant chez nous des Pakistanais ne se sentent pas grand chose de commun avec des Arabes, je le conçois. Mais avec le temps, comme ils constateront être toujours mis dans le même paquet, ils auront tendance à se rapprocher. C’est ce qu’on appelle l’ethnicisation. Le processus peut être long (voir plus d’une génération), mais il existe, et le regard extérieur y est pour beaucoup.
        En ce sens, je pense qu’on peut effectivement considérer que l’Islam est une ethnie, ou au moins un facteur d’ethnicisation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s