Quelques commentaires sur le pneuma et la possession démoniaque

Comme cet auteur est parfois cité par les créationnistes, j’ai décidé de me procurer un ouvrage d’André Pichot. La lecture de son Histoire de la notion de vie (Gallimard, 1993) est pour l’instant très intéressante. L’ouvrage est bellement écrit et appuyé par de nombreux fragments de textes, dont plusieurs sont autrement difficiles à obtenir.

Parlons pneuma.

Nous en avons déjà parlé. Chez certains Grecs de l’Antiquité, notamment chez Héraclite, la connaissance provient de l’air. Contenue dans l’atmosphère, qui est l’âme du monde et que Héraclite nomme Logos, la connaissance pénètre en nous par le souffle (pneuma).

Il est intéressant de noter que pour Héraclite – et Hippocrate reprend de grands pans de cette théorie – l’élément fondamental n’est pas l’air, mais le feu. Il semble y avoir contradiction, qui disparait cependant quand on comprend que pour Héraclite l’air est en fait du feu condensé. Pichot souligne que pour Hippocrate, air et feu sont liés (le feu requiert de l’air, et le pneuma est un souffle chaud, donc un mélange des deux éléments).

Plus tard, Galien reprend l’idée d’âme-gaz et affirme que la respiration a pour but de faire pénétrer de l’air dans le cerveau à travers des ouvertures dans le haut de la cavité nasale. Jusqu’à Galien, en fait, plusieurs croyaient que les veines transportaient du sang (chauffé par la flamme présente dans le coeur), et les artères transportaient de l’air. (Pichot, p. 18).

Tout cela jette un éclairage différent sur la pneuma dans le Nouveau Testament, ainsi qu’à la possession démoniaque.

Quand il est question d’un esprit maléfique prenant possession du corps d’un malheureux individu, agissant et parlant à-travers lui, etc, cela semble tout à fait étrange mais ne l’est pas tellement dans le contexte.

Les croyances ambiantes à l’époque rendent possible l’idée d’un esprit (qui est un pneuma, un souffle) pénètre dans l’individu et en prenne le contrôle. On croyait déjà que l’âme était un gaz circulant dans les artères. Croire qu’un pneuma étranger vienne contaminer le pneuma d’un individu n’est donc pas tellement difficile à croire. Les deux substances sont de même nature et il est réaliste de croire qu’elles peuvent donc interagir.

Est-il vraiment question de possession démoniaque dans le Nouveau Testament? Laissons d’abord parler un site Catho:

L’Evangile cite de nombreux cas de possessions : il y a par exemple le possédé de Gerasène, que Jésus libère de ses « légions » de démons (Mc 5.1-13) ou le possédé que Jésus exorcise dans la synagogue de Capharnaüm après que ce dernier eut tenté de l’agresser (Mc 1.13-27). Les Evangiles notent que Jésus, pendant sa vie publique, « chassait de nombreux démons » ( Mc 1.34) et que les gens qui assistaient à ces premiers exorcismes étaient stupéfaits « car Jésus avait autorité sur eux » (Lc 4.36).

Jésus envoie ses disciples avec le pouvoir de chasser les démons (Mc 6.7) et précise que certains genres de démons « ne peuvent être chassés que par la prière » (Mt 17.21). Lors des exorcismes pratiqués par Jésus, se révèle clairement sa divinité : les démons le craignent et reconnaissent en lui « le Saint de Dieu » (Lc 4.34).

Matthieu parle de possession démoniaque comme si les démons entraient dans la personne, qui devient sa « demeure »:

Lorsque l’esprit impur est sorti d’un homme, il va par des lieux arides, cherchant du repos, et il n’en trouve point. Alors il dit: Je retournerai dans ma maison d’où je suis sorti; et, quand il arrive, il la trouve vide, balayée et ornée. Il s’en va, et il prend avec lui sept autres esprits plus méchants que lui; ils entrent dans la maison, s’y établissent, et la dernière condition de cet homme est pire que la première. (Mat 12:43-45)

La Bible contient moult récits concernant des esprits mauvais entrant et sortant de corps humains. Cela indique qu’ils ne sont pas considérés comme des êtres purement spirituels, sans quoi ils n’auraient pas à se déplacer dans l’espace. Le démon de Matthieu 12 quitte le corps, va chercher ses copains et revient investir le corps. Un démon qui ne serait aucunement contraint par les lois de la physique n’aurait pas eu à se donner tout ce mal. Ça ressemble plutôt à ce que ferait une sorte de nuage de gaz doué de conscience.

Ma thèse, vous l’aurez compris si vous suivez ce blog depuis un bout, est que le Nouveau Testament n’est pas particulièrement original et est, par ses thèmes et ses présupposés, totalement inscrit dans son époque. Il semble que, pour l’instant, la lecture du livre de Pichot me confirme dans cette thèse. C’est cependant un dossier qui devra être creusé davantage (plus que 900 pages à lire!)

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s