L’abstinence sexuelle (encore!)

Connaissez-vous la différence entre un pénis et un morceau de ruban adhésif? D’après le site ilyaplus.com, il semble  n’y avoir aucune différence:

La relation sexuelle est une chose mystérieuse qui entraîne un lien profond entre deux personnes, même si nous qualifions ces relations « d’occasionnelles » ou de « temporaires ». Le problème est le suivant. Plus je me lie avec d’autres femmes, moins je serai en mesure de me lier complètement avec mon épouse. C’est comme un bout de ruban adhésif – plus on l’utilise sur différentes surfaces, moins il adhère aux choses. Après un certain temps, il ne colle plus à rien.

Dans notre dernier billet nous avons abordé les risques qu’entrainent une éducation sexuelle (ou absence de) axée sur la « chasteté » et la « pureté ».  C’est quoi, au juste, cette histoire de pureté? Doit-on considérer le sexe comme étant sale et malsain?

Selon Wilson et Daly (1992), l’insistance sur un contrôle de la sexualité féminine serait lié à l’assimilation de la femme à une marchandise. En tant que reproductrice, la femme permet au mâle alpha d’engendrer une progéniture. Encore aujourd’hui, selon plusieurs mentalités, cette capacité à la reproduction confert à la femme une valeur marchande certaine.

Si une stricte chasteté hors du mariage n’est pas observée, la jeune fille perd sa valeur marchande puisque sa promiscuité place l’éventuel époux dans le doute concernant la paternité du premier enfant. Pire, on considère alors que la jeune femme est une « marchandise usagée », donc de moindre valeur.

Toujours selon Wilson et Daly, cette appropriation de la femme demeure vraie même en cas de viol de l’épouse par un tiers, puisque la femme sera accusée, ouvertement ou non, d’avoir consenti, et devient nécessairement une « marchandise abimée ». On ouvre alors grande la porte à une culpabilisation de la victime.

Cette idée de marchandise « usagée » ou « abimée » se retrouve fréquemment dans la littérature pro-abstinence qui, de manière plus ou moins couverte, reprend la mentalité machiste et patriarchiste décrite plus haut.

La propagande pro-abstinence est remplie de clichés comme celui du ruban adhésif. L’idée de base est que les filles qui couchent sur une marchandise abimée. La notion de propriété est importante dans ce type de propos. Tiré du même article:

Alors il va sans dire que quand je serai marié, je n’aimerai pas l’idée qu’un autre homme ait fait l’amour à ma femme. Qu’en pensez-vous? Aimez-vous l’idée que quelqu’un d’autre aille avec votre femme? Si vous avez actuellement une petite amie et si vous avez de fortes réactions en imaginant un tel scénario, imaginez à quel point ces réactions, un jour ou l’autre, seront fortes avec votre propre épouse .

Vous pouvez même pousser ce raisonnement plus loin. Cette fille est la fille de quelqu’un. Et si elle était ma fille? Ou si elle était ma sœur? Voudrais-je que le premier venu profite d’elle? Je vois maintenant les filles sous un tout nouveau jour. Elle sont la future épouse d’un autre, la fille, la sœur de quelqu’un, etc.

La doctrine de la chasteté était certainement profitable à une certaine époque puisqu’elle permettait de maintenir la valeur de la marchandise (la femme) dont l’hymen était censé attester de la virginité. Il n’est donc pas étonnant que cette doctrine ait été codifiée au sein de plusieurs religions. Cela ne rend pas cette doctrine moins abjecte, mais permet au moins d’en comprendre l’origine.

Publicités

2 Commentaires

  1. Véronique

    Je m’étonne de votre commentaire.
    Non pas que ce que vous dites soit faux, mais cela ne s’applique pas au noeud de la question posée par cette citation.

    La première citation affichée indique le risque pour l’homme d’être insuffisamment attaché à son épouse. C’est à mon avis la question à débattre: quel est, socialement, moralement, voire religieusement, le lien et/ou la distance entre les membres d’un couple ?
    Et également: quelle est la nature de ce lien ?
    Pour l’auteur de la citation, il semble que le lien soit issu de la relation sexuelle, pénis/vagin (?); ce qui est la doctrine catholique puisque le mariage doit être « consommé » pour être valide.

  2. Pingback: Il ne faut pas « y  penser! | «Le blog Libre sans dieu!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s