1 Corinthiens 13:12 – de la bonne philo platonicienne

Autre trace de la pensée platonicienne dans le Nouveau Testament:

Aujourd’hui nous voyons au moyen d’un miroir, d’une manière obscure, mais alors nous verrons face à face; aujourd’hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j’ai été connu. 1 Cor 13:12, trad. LS).

On retrouve le thème de l’obfuscation du savoir, cher à Platon. L’auteur attend la mort pour enfin connaitre les choses comme lui-même est connu, c’est-à-dire comme Dieu le connait. Avec la mort vient la contemplation des Idées en soi et la possibilité tant attendue de connaitre la Vérité (et oui, avec un grand V!).

La mention d’un miroir n’est pas sans rappeler l’analogie de la ligne qui, chez Platon, place les reflets des objets au plus bas niveau de l’échelle. Platon avance en fait que toutes nos perceptions sont les reflets déformés des Idées.

Publicités

2 Commentaires

  1. Bodo

    Vous dites, « l’auteur attend la mort pour enfin connaitre les choses comme lui-même est connu, c’est-à-dire comme Dieu le connait ». C’est une mauvaise lecture que vous faites.
    Ce verset a été écrit par l’Apôtre Paul que Dieu a fortement utilisé dans son oeuvre. Paul écrivait aux Corinthiens. La ville de Corinthe était non seulement célèbre pour ses prostituées, mais aussi pour ses miroirs de bronze. Ces miroirs n’avaient rien avoir avec les miroir de glace car ils renvoyaient plutôt une image floue. Comparaison imagée pour montrer la perfectibilité de l’homme et l’espoir que cela donne. Ainsi, la transition de l’enfance à l’état adulte est un changement important. De même, le passage du monde présent à celui qui est à venir entraînera la disparition de tout ce qui est imparfait. Le reflet partiel du présent illustré par les miroirs de bronze fera place à la splendeur de la gloire de Dieu qui rayonnera dans tout l’univers. Alors les bienheureux dans le Seigneur Jésus-Christ verront Dieu face à face.
    C’est ainsi qu’il faut comprendre ce passage. Ce verset qui veut montrer la vanité du matérialisme de ce monde et encourager aux oeuvres de l’Esprit, est loin d’encourager à l’oisiveté ou à la paresse encore moins à la reflexion de performance.
    Que le Seigneur vous éclaire. (Consulter le site http://www.CheminsdeVie)
    Bodo.

  2. Henry M. Saker

    Ceci ne pourrait être à proprement parlé de la philosophie platonicienne ! Pour des raisons énoncées par Bodo premièrement, mais deuxièmement, parce il y a une OPPOSITION EVIDENTE entre la pensée de Paul et de Platon…. Alors Paul PRÔNE LA RÉSURRECTION DES CORPS, Platon, quant à lui, affirmait, dans sa célèbre oeuvre mise sous forme de discussion entre le Grand Socrate, simmias, Cébès…, que l’Homme c’est SON ÂME ! Or, Paul soutient la résurrection des corps… Donc, ce ne pourrait pas être de la philosophie platonicienne comme vous le dites, car, si résurrection il y a, ceci voudrait dire que l’Homme c’est l’âme et le Corps… Dans ce sens, Aristote nous rejoint, mais pas Platon ! pour ce dernier en effet, le corps est une merde…

    Salutations 😀 Mais, bravo, pour avoir essayé. « Qui ne tente rien n’a rien » dit-on.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s