ÉU: que se passe-t-il avec les fascistes chrétiens?

Chris Hedges a déjà écrit un livre sur le fascisme aux États-Unis. On sait aussi qu’il n’aime pas particulièrement les athées, mais est encore plus sévère avec la droite religieuse. Dans un article publié dans TruthDig, Hedges lance une hypothèse concernant l’attrait que peut avoir le fondamentalisme religieux:

Many of the tens of millions within the Christian right live on the edge of poverty. The Bible, interpreted for them by pastors whose connection with God means they cannot be questioned, is their handbook for daily life. The rigidity and simplicity of their belief are potent weapons in the fight against their own demons and the struggle to keep their lives on track.

La bonne vieille béquille. La religion devient un rampart contre une réalité qui leur est hostile:

The reality-based world, one where Satan, miracles, destiny, angels and magic did not exist, battered them like driftwood. It took their jobs and destroyed their future. It rotted their communities. It flooded their lives with alcohol, drugs, physical violence, deprivation and despair. And then they discovered that God has a plan for them. God will save them. God intervenes in their lives to promote and protect them. The emotional distance they have traveled from the real world to the world of Christian fantasy is immense. And the rational, secular forces, those that speak in the language of fact and evidence, are hated and ultimately feared, for they seek to pull believers back into “the culture of death” that nearly destroyed them.

OK, ce n’est pas vrai que tous les chrétiens proviennent de milieux où règnent drogue, violence et pauvreté. Mais on retrouve quand même ce thème dans le type de discours qu’entretiennent les religieux. Dans un monde « pourri » comme le nôtre (appelé simplement « le monde » par les évangéliques) comment pourrait-on vivre sans une structure telle que celle procurée par la religion? C’est la question que se posent bon nombre de chrétiens et qui, du même coup, leur fait paraitre les « sans dieu » comme étant hautement suspects.

Hedges fait un rapprochement intéressant. La droite religieuse, en bonne idéologie totalitaire, souhaite aussi modifier les manuels scolaires. Ce qu’était l’eugénisme pour les nazis et la « science soviétique » pour l’URSS est le créationnisme pour la droite religieuse. Dans un effort de remaniement de la vérité, on cherche à modifier les faits de manière à ce qu’ils correspondent à une mythologie. Hedges parle d’une acceptation de la mythologie en tant qu’alternative légitime à la réalité (« acceptance of mythology as a legitimate alternative to reality »). Cette réalité qui a depuis longtemps dépassé les fondamentalistes.

Hedges, on le suppose, regarde les statistiques américaines et voit un groupe de la population qui vit l’injustice et la pauvreté. Il voit que ce groupe se réfugie dans le religieux. La solution est donc d’attaquer le vrai problème: les inégalités sociales, et non le fondamentalisme.

Pas bête, à supposer qu’il soit exact de dire que le fondamentalisme soit engendré par la pauvreté. On pourrait accuser d’autres maux: l’ignorance engendrée par la difficulté d’accès à l’enseignement supérieur, et aussi par le fait que celui-ci est souvent asservi à la loi du marché. Frustration de ne pouvoir atteindre le rêve que la publicité nous fait miroiter. Sentiment d’être dépassé par le changement, par les événements, par l’époque. Est-ce que tout cela engendre de la religiosité? Peut-être pas, ou pas directement. Ma petite idée là-dessus, c’est que différents facteurs engendrent un sentiment hostile à l’égard de la rationalité (réfléchir, c’est douloureux quand les conclusions ne nous plaisent pas!) que la religion vient seulement légitimer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s