Qu’est-ce que l’athéisme? Pourquoi ne pas plutôt être agnostique?

Voilà près de six ans que Libresansdieu parle d’athéisme. Mais s’est-on seulement demandé ce qu’est l’athéisme au juste? Un article présent sur l’ancien site visait à répondre à cette question. En voici une version un peu réduite et remaniée.

La plupart des ouvrages donnent comme définition d’athéisme la croyance selon laquelle il n’y a pas de dieux. Cette définition est mauvaise pour deux raisons. D’abord, elle suppose un préjugé positif envers les monothéismes: que dire alors d’une peuplade ayant une religion axée sur les ancêtres, mais qui « croit qu’il n’y a pas de dieux » ? Devrait-on dire qu’ils sont athées? On en doute. Définir l’athéisme selon la définition de « dieu » est donc plutôt hasardeux. (Source: Martin, 2007).

Deuxièmement, cette définition n’est pas conforme à l’étymologie réelle du mot.

Définition étymologique

Athéisme vient du Grec a/theos, ce qui signifie sans/dieu. Le « a » est un privatif, qui se distingue de « anti ». Un athée est donc une personne « sans dieu », c’est-à-dire une personne qui ne croit pas qu’il existe de dieux. Il ne s’agit pas d’une personne qui s’oppose à Dieu. Une personne, selon cette définition, pourrait ne jamais avoir entendu parler des dieux et être athée.

Selon le Cambridge Companion to Atheism

Cependant il est possible de ne pas avoir de croyances religieuses tout en critiquant, en tant que positions métaphysiques, éthiques, scientifiques, etc, les croyances et doctrines religieuses d’autrui.

Le Cambridge Companion to Atheism (Martin, 2007, p. 1-2) propose à cet effet de distinguer l’athéisme, dans son étymologie originelle a/theos (absence de croyance) d’un athéisme tel que défini dans le dictionnaire, l’incroyance positivement articulée. On parle alors respectivement d’athéisme négatif et positif.

Le problème resurgit alors: comment concevoir l’athéisme positif alors qu’il n’y a pas de définition de ce qu’est Dieu? En quoi, au juste, est-ce que l’athée ne croit pas? Martin propose de donner une définition minimale des dieux pour répondre à cette question.

Il y aurait le Dieu stéréotypé des religions monothéistes: créateur, juge, législateur, etc. Et d’un autre côté les dieux des polythéistes, celui des déistes, celui des panthéistes. Certains athées positifs s’intéresseraient seulement au premier Dieu, cherchant par exemple à réfuter son existence. Une fois son travail accompli, avance Martin, cet athée positif pourrait très bien retourner à un état d’athéisme négatif… jusqu’à ce qu’une nouvelle « preuve » de l’existence de Dieu (ou tout argument théiste) se présente à lui et demande à être réfuté.

D’autres athées positifs entreprennent un programme plus large, et tentent de miner la religiosité elle-même, y compris les croyances polythéistes, déistes et panthéistes. Pour ce faire, ils feront souvent appel à des arguments basés sur la psychologie des masses, l’évolution des facultés cognitives ou l’étude comparative des religions.

Finalement, selon Martin, il est possible d’alterner les types d’athéisme selon la croyance à laquelle on a affaire. On peut ne pas croire mais demeurer indifférente à tel ou tel conception de Dieu, tout en cherchant à attaquer telle autre conception. Par exemple, plusieurs athées respectent, sans la partager, la position panthéiste d’Albert Einstein, et ne jugent pas pertinent de l’attaquer, bien qu’ils puissent critiquer les concepts de Yahvé ou Allah. En revanche, dans The God Delusion, le professeur Richard Dawkins a consacré un chapitre entier à critiquer la position d’Einstein, qu’il qualifie de « haute trahison intellectuelle » (Dawkins, 2006).

En fait, selon le même Dawkins, nous sommes tous athées concernant au moins 99% des dieux. Même les religieux, lorsqu’ils critiquent les autres religions, font preuve d’un athéisme positif « localisé ».

On ne choisit par d’être athée.

Cet athéisme comme état de fait sépare l’humanité en deux groupes, sans intermédiaire, sans zone médiane : les athées et les théistes. Ceux qui croient en au moins un être supérieur quelconque, et ceux qui n’y croient pas. (Vous pouvez lire à ce propos la position de Positive Atheism sur le sujet.)

Il est possible de choisir une idéologie qu’on articulerait (ou non) avec notre athésime. Mais on ne décide pas d’être ou de ne pas être athée: cela découle automatiquement de notre position par rapport à l’existence de dieux.

Par ailleurs, « choisir d’être athée » implique que l’on choisit nos croyances, ce qui est en soi assez contestable.

Agnosticisme et limites de la connaissance

Plusieurs estiment que l’athéisme est une position radicale et que l’agnosticisme serait plus « prudent » ou « neutre ». En réalité, l’agnosticisme est un autre type de proposition, qui concerne la possibilité de connaitre, de savoir si des êtres transcendants existent ou non. Athéisme et agnosticisme relèvent de deux types de questions:

  1. Athéisme: Comment est le monde? Qu’est-ce qui existe?
  2. Agnosticisme: Que puis-je connaitre au sujet du monde? Comment?

Il n’est donc pas exclu d’être athée et agnostique. Il s’agit même d’une position très répandue. Voici quelques manières de formuler l’athéisme en tenant compte de notre possibilité de connaitre:

  • « Si Dieu existait, ça se saurait. »
  • « Même si Dieu existait, on ne pourrait le démontrer. »
  • « Je suis athée concernant tous les dieux qu’il serait possible de connaitre, et je suspens mon jugement au sujet des dieux qui n’ont aucun rapport avec la réalité. »
  • Etc.

Ce qui est à éviter, ce sont les positions pseudo-agnostiques qui donnent autant de possibilité à l’existence ou l’inexistence de dieu. Le fait de ne pouvoir se prononcer avec exactitude ne signifie pas automatiquement que les deux hypothèses sont équiprobables.

Certes, on voit parfois des croyants s’accrocher à l’espoir qu’un athée se convertisse en évoquant le fait qu’il ne peut savoir avec certitude absolue que Dieu n’existe pas. (Cela n’est pas sans rappeler l’adolescent qui, réalisant que l’objet de son affection ne peut être certain à 100% de ne pas l’aimer, conclue que c’est l’amour fou. Mais je digresse.)

Répondons à ce croyant optimiste (et du coup à l’adolescent amoureux). Les opinions humaines devraient être circonscrites dans les limites de la raison. Que ce soit une hypothèse positive (dieu existe) ou négative (dieu n’existe pas), ce jugement se fait dans les limites du raisonnable. On ne peut faire autrement, puisque le jugement se produit dans la raison. Celui qui affirme savoir que Dieu existe avec une certitude absolue, ou pire, qui prétend connaitre Dieu, celui-là est en train, au fond, de prétendre connaitre ce qu’il ne connait pas et que, selon son propre aveu, il ne pourrait pas connaitre, cette chose étant inaccessible à la raison humaine.

En revanche, lorsque j’affirme que Dieu n’existe pas, je me prononce dans les limite de ce que je peux connaitre. S’il existe d’autres plans de la réalité inaccessibles avec de petits dieux de cachés à l’intérieur, nous ne pourrions jamais le savoir. Ça ne veut pas dire que Dieu existe. Si ces autres mondes ou plans existent nous sommes tous agnostiques (par définition!) par rapport à ceux-ci et donc pas en mesure de savoir si des dieux s’y trouvent.*

Qui sait, peut-être que les croyants ont trouvé un autre mode de connaissance leur permettant de connaitre Dieu et que nous ne pouvons comprendre, nous, vulgaires mécréants. Cela ferait des athées de réels agnostiques, au sens médical: incapacité de connaitre une certaine classe d’objets (par exemple la prosopagnosie).  L’enfer prendrait alors une toute autre signification: cela voudrait dire que Dieu torture les handicapés.

*Pire: le ou les dieux pourraient être dans un autre monde possible, sans lien avec le nôtre, ce qui revient au même (pour nous) que de dire que Dieu n’existe pas. Le truc est de distinguer ce qu’il est possible d’imaginer de ce qui est réel.

58 Commentaires

  1. Wil

    Très bon article !

    Et il est vrai que parfois (même si je me dis clairement athée) je pense qu’il nous arrive a tous de « douter »; se demander si finalement nous ne sommes pas agnostique. Douter est bon, remettre en doute les choses, ne pas rester fermer avec des oeillère. Ce qui nous permet par la même occasion de continuer a s’intéresser a tout çà, l’avis des croyants, les nouveaux fait en faveur de dieu, et les arguments athée, qu’ils sont philosophique ou scientifique etc …

    Je n’ai pas vu sur votre blog d’article parlant de « vie après la mort », savoir un peu votre position la dessus. Cela serait très intéressant🙂

  2. Frank B.

    Le croyant croit que Dieu existe, plutôt que « de ne pas croire que Dieu n’existe pas ».
    L’athée croit que Dieu n’existe pas, plutôt que « de ne pas croire que Dieu existe ».

    Dans les deux cas, il s’agit d’admettre l’existence ou l’inexistence de Dieu sans preuve et cela relève du domaine de la croyance.

  3. lafosse

    Un gitan (né de nouveau et croyant à toute la bible) circulait avec son fourgon et caravane. Toute sa famille était du voyage. Ce jour là il y avait un épais brouillard.
    Il s’est engagé sur une autoroute et c’est alors qu’une forte voix intérieure (l’Esprit Saint) lui a demandé de se ranger immédiatement sur le bas-côté et cela plusieurs fois de suite. Ce qu’il a fait. Au même moment, un poids lourd les a frôlé .
    Dans le brouillard, il avait pris l’autoroute à contre sens.
    Dieu une « béquille pour les faibles »
    Ou ce collègue en panne de voiture en pleine nuit avec sa femme enceinte.
    Qui a vu sa prière exaucée .
    Un automobiliste est passé l’a aperçu et a lutté avec lui même pendant vingt kilomètres puis a fait demi tour pour lui porter assistance.
    C’était un chrétien (né de nouveau) qui ne s’arrêtait plus pour des auto-stoppeurs car il avait déjà eu une mésaventure dans un cas semblable.
    Assistance, aide, prise en charge, hébergement et témoignage à la clé.
    Opium du peuple, religiosité ou un Dieu vivant et agissant ?
    Cordialement fondamentaliste.

    • Dédé 59

      En supposant que les faits relatés soient véridiques (et non fabriqués pour la « bonne cause » du témoignage), pourquoi ne pas voir plutôt une réponse du subconscient (cas 1) ou de la propre conscience (cas 2) du sujet?

  4. Pingback: L’athéisme est une position neutre | Le blog Libre sans dieu!
  5. Henry M. Saker

    Bonjour,

    Article médiocre et inutile dans son fond ! La véritable question que vous auriez dû vous poser c’est celle qui se trouve dans la première phrase de votre article lorsque vous écrivez : « La plupart des ouvrages donnent comme définition d’athéisme la croyance selon laquelle il n’y a pas de dieux. » La question de savoir si l’Athéisme est une croyance me paraît bien plus intéressante à traiter. Si l’Athéisme est bel et bien une croyance, votre pouvez séance tenante supprimer votre site ! Cet aspect mérite d’être traité vous ne croyez pas ? Je ne sais pas si vous l’avez déjà traité… mais il serait intéressant de l’étudier pour vous et vos lecteurs, sans tentative quelconque de duperie bien évidemment…

    Au lieu de de nous parler d’Athéisme positif, négatif et, finalement rebondir en concluant que être agnostique et athée n’est en fin de compte « pas si mal »… Pour ensuite proposer aux lecteurs des raisonnements du genre : « Si Dieu existe, ça se saurait »; sauf votre respect, j’y vois un sophisme. De plus, votre article a été publié dans « athéisme, philosophie, Théologie » : vous devriez éjecter « Théologie », puisque, j’ai beau chercher dans votre article, je n’y vois rien de théologique – absolument rien ! Est-ce une ruse ? On pourrait le penser… Vous y introduisez néanmoins la notion de « connaissance » : je trouve dommage d’avoir parlé de cette notion, d’avoir publié l’article dans Théologie et, toutefois ne pas avoir utilisé la Théologie Naturelle !

    « En revanche, lorsque j’affirme que Dieu n’existe pas, je me prononce dans les limite de ce que je peux connaitre » ==> Où se trouve la limite ! Et bien, puisque vous avez publié cet article sous « Théologie », ne saviez-vous pas qu’en Théologie on dit qu’on peut connaître Dieu , si bien que c’est celui qui est dépourvu d’intelligence qui nie l’existence de Dieu (Psaumes 14, 1), sans omettre que l’acte cognitif se fait au moyen de la Théologie Naturelle (Romains I, 19-21)… Dommage que vous ayez occulté (volontairement?) ces quelques éléments.

    Bien à vous.

    • Pierrej

      J’aimerais dire que « libre sans Dieu » est clairement un oxymore. Mais bon … Chacun croit ce qu’il veut … D’ailleurs, petit truc sympa que je viens de remarquer : les initiales sont LSD … Bon, j’arrête.
      Juste quelques petites question à notre cher athée :
      1_Comment le monde a-t-il été créé ? Avant le Big Bang, il y avait de la matière. Mais comment est-elle apparue? Comment a-t-elle été créée ?
      2_Comment l’humain a-t-il reçu son esprit (pas uniquement son instinct …) ?
      3_Quel est le but de ta vie ? Pourquoi tu vis ?
      4_ Comment comptes-tu répondre à ces questions sans en venir à Dieu ?

      L’athéisme est insensé. Fou.
      Où vas-tu ? Quels sont tes buts ?

      Si tu ne connais pas Dieu, tout est pure vanité car chaque création est vouée à la destruction, sauf Dieu, qui est éternel. Donc, quand tu ne seras plus de ce monde, quel aura été le motif pour le quel tu as été ? Ta mission ?
      Si tu ne t’enracines pas en Dieu, tu arrives à la conclusion : Vanité !

      Pourquoi t’acharnes-tu à construire sur du sable ton existence ? Tu n’as qu’une vie !

      Enfin bon, je prie pour toi.

      Ouvert à la lumière,

      Dans la joie de l’Esprit-Saint,
      @+

      • Klops

        Ce que vous ne parvenez pas à comprendre, c’est que l’athée puisse vivre tout en ayant conscience qu’il n’y a effectivement aucun sens « profond » à l’existence, qui est purement contingente, l’humanité étant en effet « gravée dans le sable » de la Terre. Le tout étant donc d’arriver à assimiler et à accepter cela.

        Ensuite, vos interrogations/conceptions sur la naissance de l’Univers et de « l’esprit » sont naives et simplistes, signes d’une ignorance crasse des concepts scientifiques les plus basiques. Il faut savoir que « l’esprit » n’est pas apparu comme ça, d’un coup. C’est le fruit d’une complexification. Je sais que l’évolution n’est pas un terme que chérissent les bigots, mais c’est néanmoins une réalité étayée. Par ailleurs, des animaux non humains tels que le singe (chimpanzé par exemple avec qui nous partageons 99% de gènes communs), le perroquet, l’éléphant, le chien, les dauphins, les calmars et bien d’autres, possèdent des embryons de langage, une gamme d’émotions, pour certains une conscience de soi et même de la mort (sortes de « veillées funèbres » observées chez les éléphants par exemple).

        L’esprit humain est certes extraordinaire, il faut le dire, mais en même temps il garde des traces terriblement animales qui témoignent de son évolution. Quant à l’origine de l’Univers, on ne peut réellement appréhender les questions qui s’y rattachent sans une bonne connaissance en physique, celle-ci étant parfois contre-intuitives, l’homme restant prisonnier de ses sens et interprétations imaginatives.
        Dieu n’est qu’une béquille humaine, il suffit de regarder la place de l’humanité dans l’Univers, son incroyable et pourtant très courte succession de civilisations et de religions diverses suffit à montrer que les monothéismes, dont le christianisme dont vous vous revendiquez, ne sont que des croyances datées bien explicables, bien humaines, bien risibles.

  6. Kristian

    Comme vous, je suis mortel et finirai en poussière.
    J’ai beau me débattre, apprendre, aimer, aller de temps en temps chez le coiffeur ou faire du sport, c’est un fait.

    Dans l’état actuel de mes pensées, l’agnostique – que je prétends être – est celui qui, contrairement au croyant ou à l’athée (focalisés sur la REPONSE), forclot (cf forclusion) la QUESTION de l’existence d’une entité extraterrestre déifiée.

    Pour moi, cette question n’a aucune signification.

    A la question « croyez-vous en Dieu », celui qui répond « oui » et celui qui répond « non » s’accordent de fait sur le sens de la question posée, ils procèdent ensemble du même mouvement qui fonde la croyance.

    Pour aussi l’angoisse de séparation est insupportable, mais je n’ai pas la chance de croire …

    Merci aux animateurs de ce blog, ils contribuent à faire de nous des humains … en lien (et non reliés)

  7. Marjot001

    que cet article est complexe et tous les commentaires aussi ! mais j’ai réussi a m’en sortir et merci pour ces éclairages.
    Je reviendrai faire d’autres lectures pour me faire une opinion plus concrète sur votre blog, ses contenu et sa philosophie !
    Une mécréante agnostique à tendance athée …
    Marjorie

    PS ; à tous les croyants qui essaient de me « sauver  » régulièrement , »vous êtes pas rendus les gars mais essayer quand même ! »🙂

    Marjorie

    • Henry M. Saker

      ****PS ; à tous les croyants qui essaient de me « sauver » régulièrement , »vous êtes pas rendus les gars mais essayer quand même ! »****

      Vous vouliez dire quoi au juste ? et je me demande bien quel croyant a bien pu s’aventurer dans une telle voie : vous sauver ! Comment sauver une personne qui ne raisonne pas ? Impossible ! c’est comme parler à un être vivant certes, mais pas humain !

      • Dédé 59

        Ce qui est mis en cause dans ce commentaire c’est le prosélytisme « agressif » de certains et la volonté forcenée de convaincre à tout prix, de se poser en détenteur de « la vérité » et de dicter sa conduite à l’autre, bref, un comportement et non une croyance en soi. Malheureusement, le pas est vite franchi entre certitude et fanatisme. Ce qui est insupportable, c’est l’orgueil sous-jacent – ou même clairement affiché- de certains « spiritualistes » vis à vis de l’ignorant des doctrines, ou du simple non croyant ou indifférent.Qu’ils ne s’étonnent donc pas de se voir repoussés et qu’ils sachent se remettre en question. Un croyant trouve sa voie et il est heureux comme ça? Tant mieux, mais qu’il laisse tranquille les autres.

      • Henry M. Saker

        Détrompez-vous ! aucun prosélytisme dans ce commentaire… à moins que vous ayez vraiment des soucis au niveau de la lecture ? mais ce ne semble pas être le cas…. Je laisse les athées « croire » en ce qu’ils veulent, chacun est libre tout de même ! par ailleurs, si les athées « se font harcelés » par les croyants… il faudrait à ces niveaux arrêter les discussions avec eux.

        En ce qui me concerne, je ne cherche pas à convaincre qui que ce soit ! tout ce que je recherche c’est la discussion… quand même ! Mais, il est évident que, si vous avezz de la peine à lire… cela ne nous sert à rien !!!

      • Dédé 59

        Qui se sent morveux… Marjorie ne vous visait pas en particulier mais elle exprimait son ras-le bol général vis à vis des prosélytes. Pour ma part, je n’ai aucun souci et le commentaire cité ci-dessus était explicite. Si harcèlement il y a de la part des susdits prosélytes, il faudra en effet que eux s’arrêtent. Tout le monde est libre de s’exprimer mais tout le monde n’est pas obligé d’adhérer à tout ce qui est dit ou d’être obligé de subir des logorrhées verbales. La bonne éducation veut qu’on sente si on est importun ou non et dans ce cas, il vaut mieux laisser l’espace libre, et préférer un autre lieu ou un autre moment, à tête reposée et loin des indiscrets. S’il y a demande d’information de la part de l’interlocuteur, tant mieux, sinon autant s’abstenir de donner un avis ou un conseil qu’on ne demande pas.

  8. Henry M. Saker

    Qui se sent morveux ? Vous sentez vous ainsi ? Hummmm…. Je vais commencer à croire que vous avez des problèmes de lecture !, si bien que vous finirez par vous trouver dans des situations si inextricables que vous ne pourriez en sortir ! évidemment que personne n’est dans l’obligation de subir des « logorrhées » verbales; le mot même que vous utilisez est fort ! puisqu’une logorrhée est une façon de parler incohérente… elle est même associée à une maladie mentale parfois; ainsi, peut-on vraiment discuter avec une personne de votre envergure ? C’est déjà peine perdue… Heureusement que tous ne sont pas aussi bornée que vous ! Vous avez raison : il faut vous laisser…, c’est bien ce que vous vouliez dire… Ravalez votre langue et taisez-vous donc ! tout ira mieux après cela… croyez-m’en !

    • Dédé 59

      Je vois qu’on est d’accord sur un point: personne n’est obligé de subir les logorrhées verbales. Plutôt que d’entendre un magnétophone sur pied, il vaut mieux ouvrir un livre, on gagnera du temps et on en retirera ce qu’on doit en retirer. D’ailleurs, les prêcheurs intempestifs ne sont pratiquement jamais écoutés ou pris au sérieux. Quant à me taire.. Ce forum est public et autant que je sache, vous n’en êtes nullement le propriétaire, mais un simple passant
      comme moi. Ne visant personne en particulier mais exprimant une opinion, je suis surpris que vous la preniez mal comme vous preniez mal les autres. A mon tour de vous demander: vous sentez-vous vous-même visé? Savez-vous faire la différence entre le particulier et le général? En quoi ce qui est général vous affecte-t-il à ce point? Avez-vous vous même bien lu ce que j’ai écrit?
      « La bonne éducation veut qu’on sente si on est importun ou non et dans ce cas, il vaut mieux laisser l’espace libre, et préférer un autre lieu ou un autre moment, à tête reposée et loin des indiscrets. » Cela s’adresse à tous et toutes, et si on est bien élevé, en général, on ne cherche pas à soûler les autres de paroles inutiles. C’est une question de politesse et de savoir vivre.

      • Henry M. Saker

        Avez-vous des problèmes de lecture ? Vais-je marteler cette question dix-mille fois?! Qui vous a dit que je me sentais visé… celui qui se sent morveux ici, c’est bien vous : la preuve, votre manoeuvres puérile qui consiste à voter négatif mes commentaires, en est la preuve par excellence ! … Par ailleurs, si je vous demande de vous taire : c’est pour vous ! afin d’arrêter d’étaler votre mauvaise compréhension : il vous a fallu combien de commentaires pour comprendre que je cherchais, contrairement à certains, pas à convaincre : vous venez à l’instant, de le comprendre… Je n’ose pas imaginé si la discussion devait devenir complexe ! On parlerait à un mur… Si ce n’est de de jeter des balivernes et sottes paroles du genre « Quand on est bien elévé… »; avez-vous subi un traumatisme dans votre enfance ? je veux dire, manquez-vous d’éducation ? On pourrait le croire… ne jetez pas la faute sur ce blog et aux commentateurs : merci de la compréhension (si vous l’avez compris évidemment !);

        et si cela vous saoule, je ne comprends pas votre vain acharnement ! ha oui— j’ai oublié, vous avez parlé de l’éducation : c’est sans doute elle qui vous permet de continuer à vomir des fadaises ! Continuez donc, et ouvrez là, aussi longtemps que vous pourrez, et ne mettez pas trop de temps à comprendre…. on pourrait passer une éternité à dire la même chose : accélérez un peu le rythme ! on s’endort…

      • Dédé 59

        Vu la violence de votre réaction, je suis en droit de me poser la question: en quoi vous sentez-vous visé? Ai-je dit que vous étiez prosélyte? Non. Depuis tout à l’heure, j’essaie de vous expliquer que le commentaire de Marjorie: « à tous les croyants qui essaient de me sauver… » avait une acception générale, ne la prenez surtout pas pour vous. Mon commentaire est bien clair: « Ce qui est mis en cause dans ce commentaire c’est le prosélytisme « agressif » de certains… » Certains, c’est à dire au pluriel et pas au singulier. Et lorsque je dis « en général, on ne cherche pas à soûler les autres de paroles inutiles quand on est bien élevé », cela veut bien dire que les bavards impénitents et les prêcheurs systématiques sont bel et bien soûlants et ne se rendent pas compte qu’ils dérangent et qu’ils sont à éviter.Je vais donc vous retourner votre question: avez-vous vous-même des problèmes de lecture?
        Si vous ne cherchez pas à convaincre à tout prix comme vous le dites et si vous préférez une conversation de bon ton au prêche forcené, si vous n’obligez pas l’autre à subir vos discours mais si vous répondez aux demandes de renseignements qu’on vous adresse, si vous sentez que vous gênez malgré vous et que vous vous reprenez à temps, alors c’est bien, cela prouve que vous savez vous tenir et que vous êtes de bonne compagnie, donc bien élevé.
        Je suis de ceux effectivement que les prêcheurs ennuient, et je comprends très bien la réaction de notre correspondante, peut-être vive mais au moins claire. Je continuerai donc comme vous dites si bien « à l’ouvrir » sur ce lieu ouvert à toutes et tous.

      • Henry M. Saker

        C’est beau ! Il a suffit que je dise : « votre acharnement puéril est patent…, en votant négatif mes commentaires… »; on a vu de suite, vous ne l’avez plus fait ! quelle claque !! Encore une fois… continuez donc à l’ouvrir pour la culture de vos lecteurs… (même si je doute qu’ils en ressortent ainsi !); bien expliqué pour Marjorie : mais n’avez-vous toujours pas compris que je ne l’ai pas pris pour moi ? Difficile ? Bon sang…! C’est si difficile à comprendre : bien que vous me posez la question qui semble vous turlupiner, ne vous en faites pas pour a personne, j’ai très bien lu ! Vous, par contre, toujours pas ! Pauvre Marjorie, je me demandais juste qui s’était aventurée à une telle tâche contre une personne opiniâtre, il faudrait être imbu de sa propre personne pour se lancer dans de tels fantasmes; vous, par contre, toujours pas compris… Mais bon, j’ai oublié, vous allez continuer à « l’ouvrir » ! c’est un espace public certes ! mais je doute que le but du gérant était d’avoir des commentaires de sourds… des commentaires de personnes incapables de comprendre, après combien de commentaires déjà ?

        Mais, ne nous attardons pas dessus hein..(?)

        Relevons enfin ceci : « Si vous ne cherchez pas à convaincre à tout prix comme vous le dites et si vous préférez une conversation de bon ton au prêche forcené, si vous n’obligez pas l’autre à subir vos discours mais si vous répondez aux demandes de renseignements qu’on vous adresse, si vous sentez que vous gênez malgré vous et que vous vous reprenez à temps, alors c’est bien, cela prouve que vous savez vous tenir et que vous êtes de bonne compagnie, donc bien élevé. » ===> Et bien, ça alors ! des « si » ? Vous avez ENFIN compris ! Ha… c’était le MOMENT !! Il vous en a fallu du temps… Ouf ! Nus y sommes arrivés !!

      • Dédé 59

        Vous avez donc bien compris que j’essayais d’expliciter le commentaire de notre correspondante et que je parlais de façon générale et non pour vous en particulier. Vous êtes donc d’accord avec moi pour considérer le comportement des prosélytes comme pénIble? Vous êtes du genre à fuir ce genre de personnages soulants? Vous vous abstenez vous même d’imposer un point de vue particulier et vous laissez l’espace libre pour votre interlocuteur? Et bien tant mieux, c’est l’essentiel. On s’est trouvé 3 points d’accord, c’est-y pas merveilleux? Oui, je continuerai à « l’ouvrir », comme vous dites si élégamment, pour poser des questions et exprimer une opinion sur tel ou tel sujet, pour m’informer pour échanger.. Bref pour faire tout ce que permet un forum.

      • Henry M. Saker

        Voilà… Je me demande pour quelles raisons vous avez mis autant de temps pour le comprendre !
        Puisque je suis le premier, bien qu’étant croyant, à réprimander les autres croyants qui veulent à tout prix convaincre les « non-croyants », et qui usent de toute tactique pour y arriver !…

  9. Dédé 59

    Ah, mais voilà qui vous honore. La fin ne justifie pas les moyens et vous avez bien raison de calmer les quelques excités de Dieu. Il y a aussi la solution de les ignorer mais lorsqu’ ils persistent quand même bien qu’on souhaite passer à autre chose, certains deviennent comme enragés. Si un croyant recadre un autre croyant qui dérape, il a de meilleures chances qu’un non croyant. Triste, mais c’est comme ça. L’idéal serait peut-être de revoir les formations et de conseiller aux prêcheurs de ne pas insister si l’autre ne souhaite pas engager la conversation, ou de s’abstenir de se mêler de ce qui ne le regarde pas? (vu sur ce site, mais je ne sais plus où: des personnes qui déjeunent au restaurant et qui sont entreprises par un prosélyte). Ce serait un grand progrès mais seuls les dirigeants sont à même de conseiller cela à leurs ouailles.

  10. marjorie

    Messieurs, désolé d’avoir mis autant de temps à répondre … je ne puis commenter tous vos commentaires mais en effet, merci « Dédé59 », le PS ne faisait pas écho à tout ce qui avait été dis avant mais était juste une remarque qui me venait à l’esprit lorsque l’on parle d’athéisme. Je précise donc mon propos pour qu’il soit clair, il m’est arrivé quelque fois d’entendre de tels propos.. très récemment un collègue de travail croyant, lors d’une discussion très enrichissante sur les religions lors de laquelle j’ai précisé que j’étais athée, me dit qu’il espérait que que quelque chose ou quelqu’un me fasse changer d’avis pour être « sauver ». J’ai compris par son propos qu’il ne pouvait en aucun cas concevoir que l’on est pas de religion comme moi je ne pourrai concevoir de vivre sans cœur ou sans poumon. Cette remarque m’a d’autant plus marquée qu’elle venait d’une personne que je pense très tolérante et ouverte. Je suis toujours perturbée de voir que les athée peuvent concevoir qu’on puisse vivre avec ou sans dieu mais que les croyants (certains du moins) ne l’imagine même pas, le force des croyances m’impressionne…jusqu’à me faire peur quand on voit tout ce qu’elles ont occasionné depuis des siècles et des siècles.(je m’égare).
    Je pourrai presque comprendre alors que les plus fervents fasse du prosélytisme si il sont sûr que « sans dieu pas de salut ». Mais ils auront toujours de ma part la même réponse « Je crois en beaucoup de choses ; l’amour, l’amitié, la solidarité, la paix, la nature…(j’en passe et des meilleurs) mais je vis très bien sans dieu ! »
    A tous…à bientôt.

    • Dede59

      Je pense qu’il faut faire la distinction entre croyance et comportement, même si l’un induit souvent l’autre. Ce que n’arrivent pas à comprendre les prosélytes, c’est que justement leurs interlocuteurs ne leur demandent rien qu’une discussion apaisée parfois (et qu’on leur fiche la paix dans d’autres cas) et que le fait de se croire investi d’une mission salvatrice montre sinon un certain orgueil, du moins un aveuglement certain. Il est nécessaire de laisser de part et d’autre un espace de liberté, de sentir si on est importun ou non et de se faire une raison si on ne partage pas exactement les mêmes idées. C’est moins la
      croyance que le prosélytisme forcené qui est agaçant, car une telle attitude finit par isoler son auteur du reste. A chacun de ne pas imposer de force ses idées, ses vues et de dicter à l’autre son comportement. Pour faire court, vive la
      tolérance bien comprise.

  11. berlherm

    La croyance est un défaut de fonctionnalité du cerveau. Les dieux ont été inventés par des personnes qui sont parasitées par cette fonctionnalité. Ces personnes sont défectueuses. Je ne suis pas athée, car me référencer par rapport à un système erroné n’a aucun sens. Je suis rationaliste (selon ma définition de ce terme), j’analyse des faits que je peux partager avec d’autres humains, et si je m’amuse parfois à inventer des théories sur l’existence des licornes ou autres balivernes, ce n’est pas pour construire de véritables écuries à licornes, ni pour mettre des panneaux de signalisation sur les routes pour imposer mon point de vue aux autres. En tant qu’amateur de la Science, c’est à dire de multiples connaissances, je fais confiance aux différents modèles qu’elle propose (Modèle standard de la physique par exemple), et qu’elle modifiera à coup sûr dans l’avenir.

  12. galmasta

    vous pensez vraiment que Dieu aurait une apparence humaine ? pourquoi ne serait-il pas une autre espèce, puisque quand même 5 milliard d’années avant l’arrivé de l’humain, il aurait tout construit avec ses petits bras musclés ? et ensuite crée l’homme à son image ? belle fable…
    pourquoi ne pas admettre que ça rassure les gens qu’un être régisse tout ? et d’ailleurs pourquoi un « être », je vous le demande !

  13. Sergio

    EXHORTATION : La structure du royaume des ténèbres

    I.) La structure
    -Satan : adversaire, responsable des tentations (1 Corinthiens 7 : 5). Il prend plusieurs formes pour contrecarrer la volonté, les plans de Dieu. Pouvant même se déguiser en ange de lumière (2 corinthien 11 : 14), il peut ainsi opérer des miracles pour tromper (2 Thessaloniciens 2 : 9). Il peut ainsi tromper tout un peuple, toute une génération, et même toute une religion (le catholicisme, le bouddhisme, l’hindouisme, l’islam, le judaïsme (Apocalypse 2 :9) etc. Il utilise Hérode pour tuer Jésus (Apocalypse 12 :1-9), puis les écritures pour attaquer Jésus (Mathieu 4 :1-11) et l’amener à désobéir à Dieu. Il lutte contre les serviteurs de Dieu qui travaillent pour Dieu (1 Thessaloniciens 2 : 18), pour les empêcher d’œuvrer, et de propager l’évangile. Quand la parole de Dieu est semée dans un cœur, dans une vie, il vient l’enlever (Marc 4 15).
    Il utilise les rois, les responsables politiques pour conduire les peuples dans la désobéissance divine. Le nazisme avec Hitler, l’homosexualité avec François Hollande, Staline et le communisme, le roi Salomon et les dieux de ses femmes, même le roi David (1 chronique 21 : 1).
    -Le diable : il est le maitre des ruses (Ephésiens 6 : 11), il est menteur et ne se tient jamais sur la vérité, (Jean 8 : 44), Il entre dans les hommes pour les persuader de concevoir des plans contre l’œuvre de Dieu (Jean 13 : 27), (Actes 5 :3), (Jean 13 : 2), (Actes 13 : 11) (1 Timothée 3 :6-7), (2Timothée 2 :6). C’est lui aussi qui détient la puissance de la mort, et tue tous ceux qui sont sous sa domination, tous ceux qui ne sont pas dans la volonté de Dieu (Hébreux 2 : 14). Il est aussi séducteur (Apocalypse 20 : 10). C’était pour lui et ses anges que Dieu a préparé le feu éternel (Mathieu 25 : 41).
    -Le serpent : il est l’emblème de la subtilité (Genèse 3 : 23). Il a deux formes : une forme de serpent, et une forme de dragon.
    Dans sa forme de serpent, il agit de façon sournoise. Il agit à travers les mauvaises pensées, la Parole de Dieu, même à travers les frères en Christ. Sans l’esprit de discernement on ne peut pas l’identifier ou le distinguer, (1 Jean 4 : 1-3). Il utilise aussi la ruse pour séduire, (2 Corinthiens 1 : 3). C’est lui qui utilisa la ruse pour tromper Adam et Eve, pour les conduire dans la désobéissance, la colère et la malédiction de Dieu, et toute l’humanité avec eux (genèse 3 : 1-24). Aujourd’hui, il utilise toujours cette ruse pour égarer beaucoup de gens loin de Dieu, et les encourager dans la désobéissance de la volonté de Dieu. Ces gens ont l’air de se sentir bien et pensent qu’ils trouvent leur compte et leur intérêt en désobéissant à Dieu, comme les athées et les homosexuels.
    Il peut aussi prendre la forme d’un dragon. A ce niveau il agit de façon visible et attaque directement (Jérémie 51 : 34). Apocalypse 12 : 4 : « là il voulait tuer Jésus à l’âge de deux ans, mais ce dragon était Hérode », (Mathieu 2 :1-16).
    -La bête : c’est la marque, le symbole de Satan, le tampon et le sceau du royaume du diable (Apocalypse 13 :16-17), (Apocalypse 14 : 11), (Apocalypse 16 : 2). Tous ceux qui ont cette marque, ce tampon, n’appartiennent pas à Dieu. Ils sont mis à part pour le Diable et avec le Diable pour être jeté ensemble au feu éternel (Apocalypse 20 : 4). C’est ceux-là qui ont refusé l’évangile, et le salut de Dieu en Jésus-Christ. Et qui, soit s’adonnent soit à des religions, à des sectes, soit aux œuvres de la chair : adultère, prostitution, avortement, homosexualité drogue, cigarette, vol, jalousie, mensonge, colère, divination, sorcellerie, injustice, corruption, athéisme, meurtre, attentats, tout ce qui est contraire à la parole de Dieu, tout ce qui est péché. D’ordinaire, ils sont très en colère quand ils entendent la Parole de Dieu (1 Timothée 3 : 1-8). La Bible prévoit clairement qu’ils n’entreront pas dans le royaume de Dieu (1 Corinthiens 6 :9-10).
    -Belzébul : C’est le prince des démons (Marc 3 : 22), (Luc 11 : 15). Il est responsable des possessions démoniaques. Ses cibles privilégiées sont ceux qui n’ont Jésus dans leur vie. Il est le prince la puissance de l’air (Ephésiens 2 :2), responsable donc des catastrophes aériens, et des crashs d’avions.

    II. Comment ils agissent ?
    D’abord, à travers des agents humains, tels les rois et les responsables politiques au cœur dur, qui ne craignent pas le Seigneur, comme Saül, Achab, Achazia, Hitler, César, Ponce Pilate, Napoléon, François Hollande, Mobutu, Staline, Peter Botta etc.
    Ils utilisent des concepts, des philosophies, comme par exemple les droits de l’homme, les libertés, les principes républicains afin de propager l’homosexualité et l’avortement dans le monde en vue de condamner le monde à la colère de Dieu. Ainsi on a un monde qui combat contre la volonté de Dieu, tout comme au temps de Noé.
    Mais, ils agissent aussi à travers d’autres personnes qui sont au service de Satan, tels ceux prédisent l’avenir, les marabouts, les féticheurs, les charlatans, les magiciens, les sorciers, les sectes : rose-croix, rotary club, etc. Ils sont en contact avec les démons, le diable, et les autorités du royaume des ténèbres. Ils ont souvent des pouvoirs surhumains, de la puissance dont la source n’est pas Dieu, mais Satan (Deutéronome 13 :1-3).
    Mais la plupart du temps, c’est nous qui leur donnons le droit d’agir dans notre vie de façon légitime. Notre vie, nos comportements, nos paroles, nos pensées sont souvent des voies ouvertes au diable et aux démons. Exemple : en blasphémant contre Dieu ou contre sa Parole (Mathieu 12 :36-37). En commettant les péchés, (Mathieu 12 :43-45), (1 Samuel 16 :14-15), en se liant aux fétiches, aux gris-gris, en se confiant aux amulettes et aux mascottes, en pratiquant la tradition, les funérailles, en priant et en consultant les morts, en faisant les sacrifices, en priant par autre nom, que celui de Jésus, en adorant les idoles, en adhérant les sectes.
    Ils peuvent agir également à travers des agents spirituels comme les démons, les génies. En réalité Satan connait notre niveau spirituel, nos faiblesses, et il exploite cela.

    III.) Comment les combattre
    Il y a des armes offensives (A) et défensives (B).
    A.) Les armes défensives.
    – la vérité, la justice, le zèle de Dieu : Ephésiens 6 : 13
    – les anges : Mathieu 18 : 10 ; Psaumes 91 :11-12
    -La sanctification : Zacharie 3 :1-5
    -Le feu du Saint-Esprit : Exode 40 : 38 : Le feu du Saint-Esprit vient conduire le peuple sur qui le nom de Dieu est invoqué et le guide dans le chemin de Dieu afin de le protéger contre les pièges du Diable.

    B.) Les armes offensives
    -Le nom de Jésus : Actes 3 :6 ; Actes 16 : 18 ; Mathieu 4 : 24 ; Mathieu 8 :16 ; Marc 5 : 8 ; Marc 9 : 25 ; Luc 9 : 42.
    -La louange et l’adoration : Actes 16 :22-28
    -La connaissance et la confession de la parole de Dieu : Mathieu 4 : 1-11 (Jésus résista au Diable grâce à la confession de la Parole de Dieu).
    -Le jeûne, la Prière et l’intercession : Ester 4 :16 ; Joël 2 : 12 ; Jonas 3 : 5 ; Mathieu 17 : 21 ; Luc 1 : 13 ; Actes 1 : 14 ; Actes 10 : 4 ; Romains 12 : 12.
    -Bref la repentance en Jésus : nous devons accepter Jésus comme Seigneur et sauveur, garder les commandements de Dieu, marcher dans la crainte et la soif de Dieu, prier et jeuner, lire et pratiquer la parole et la justice de Dieu dans la foi en Jésus Christ, (Jean 17 : 3), (Jean 3 : 16), (Jean 15 : 6).

  14. Sergio

    Si je crois en Dieu et qu’après ma mort, il se trouve qu’Il n’existe pas, je n’aurai rien perdu, mais s’Il existe, j’aurais tout gagner. Mais je crois pas et qu’après ma mort, il se trouve qu’Il n’existe pas, j’aurais rien gagné, mais s’Il existe, je vais tout perdre parce que je serai jeté au feu éternel pour l’éternité

  15. walid

    impossible que je vie por cette vie seulment mais je vie pour faire de bonheur au jens et je faits pas de male ni de péché apré je me sens bien et je rentre au paradis de cette vie et la vie itternelle apré mercie

    • Sergio

      Salut, comment ça va? Aujourd’hui en Europe, quand les enfants naissent, leur parents ne les amènent pas à l’église, ils ne prient ni ne méditent guère la Parole de Dieu avec eux. Les enfants grandissent sans Dieu et alors l’athéisme devient leur religion naturelle. Ces enfants sont éduqués par la télé, les médias sexivores et sexuels. Ils n’ont aucune raison de penser que Dieu existe, puisque Dieu devient un carcan pour leur libertinage

      • Dainslef

        L’athéisme n’est pas une religion, c’est l’absence de religion. L’athéisme n’est pas une croyance en l’inexistence d’un dieu: c’est l’absence de croyance en l’existence d’un dieu. Ce ne sont pas des propositions équivalentes, comme vous semblez le prétendre. A part çà, on peut dire que l’athéisme est effectivement l’état qu’une personne atteint une fois débarrassée des superstitions irrationnelles.
        Vous diabolisez le sexe: le sexe est un instinct, au même titre que la croyance religieuse. Seulement, l’un est utile à la survie de l’espèce, et l’autre est potentiellement destructeur de celle-ci.
        La religion est effectivement un carcan pour la morale, car dans la religion, la morale n’est alors pas quelque chose de raisonné, mais d’arbitraire, imposé par une doctrine. Je vous pose la question: en quoi des actes que vous qualifiez d’immoraux (rapports sans mariage entre personnes consentantes et non-engagées par ailleurs, par exemple) sont-ils « mauvais »? En d’autres termes, si aucun tort n’est causé à qui que ce soit, selon quel principe raisonnable (et pas arbitraire) oseriez-vous leur en faire le reproche?
        Ceci n’est qu’un exemple.
        Réfléchissez bien à ça, et demandez-vous ce qu’est vraiment « le mal », à la lumière de ce que vous venez de lire.

  16. Engañor

    Cette question d’existence ou d’inexistence reste très liée aux concepts occidentaux qui nous conditionnent. Il suffirait de les dépasser pour pouvoir se dire athée et théiste en même temps. Le bouddhiste s’en amuse. Le catholique romain y est très attaché mais il n’en va pas de même pour l’orthodoxe byzantin quand l’inconnaissance et la négation de tout ce qui à trait à l’être est perçu comme une voie supérieur.

  17. Paui

    Il est frappant de voir que l’on peut être incapable de constater une évidence.
    La preuve de l’existence de Dieu est extrement simple à faire mais très difficile à faire admettre car:
    1)Elle suppose de voir les choses factuellement en toute objectivité
    2)Elle va à l’encontre de nombreuses années de préjugés.
    Il suffit de regarder autour de soi et de faire un raisonnement simple comme celui-ci (mais on peut multiplier les exemples à l’envi)
    Lors d’une promenade, on tombe devant les fondations d’une ancienne maison, va-t-on penser que c’est le hasard qui a disposé les pierres ou bien quelque’un les avait elles disposées de la sorte?
    (répondre en toute objectivité.)
    Alors que penser de tout le monde animal ou végétal qui nous entoure, cela peut-il être raisonnablement le résultat du hasard …
    Souvent la personne à qui fait ce simple raisonnement le refuse comme si elle avait ouvert la porte d’une chambre et ce qu’elle voit ne lui convient pas et la referme aussitôt…

    • Dainslef

      Cet argument a été réfuté depuis belle lurette… c’est une fausse analogie et une pétition de principe. C’est donc d’une totale invalidité.

      • Paui

        Mmmmm. en quoi est-elle fausse, je suis pas très instruit mais n’ai jamais vu une telle réfutation objectivement valable? Il n’y a pas incompatibilité entre foi et raison.Einstein disait que l’on se cachait derrière le hasard pour ne pas voir Dieu…

  18. Dainslef

    Argument de l’horloger… Concernant l’univers, l’harmonie invoquée n’est qu’un opinion (personnellement, je trouve les trous noirs, les pulsars, les étoiles à neutrons et les supernovas particulièrement terrifiants, sans oublier les sursauts gamma et l’expansion de l’univers). Concernant la complexité irréductible des êtres vivants, elle ne l’est pas tant que ça (cf « réductibilité des systèmes irréductibles » dans wikipedia). Alors oui, on peut dire que l’argument de l’horloger est totalement réfuté.
    Quant à Einstein, dire qu’il était croyant me laisse perplexe. De toute façon, le niveau d’éducation n’est pas un vaccin contre la superstition, c’est même l’inverse.

    • Paui

      Même Voltaire s’interrogeait sur l’horloger, savoureux lorsque l’on connait son parcours. Oui le niveau d’éducation n’est pas un critère mais dire que les plus instruits sont les plus superstitieux est un tantinet réducteur. Oui l’univers pose question mais on peut aussi s’emerveiller devant les beautés qui nous entourent. C’est même un des points de départ de compréhension. Wikipédia est une source de données comme d’autres mais admettre que la compléxité de la vie est le fruit du hasard n’est pas raisonnablement admisible. Le vieux rêve promothéen entretient bien des fantasmes. A ce jour l’homme n’est pas arrivé a créer la vie ex nihilo, à donc imaginer le hasard….Quand bien même il y arriverait, cela montrerait qu’il a fallu… une cause première. Bonne journée

  19. Dainslef

    Un tantinet réducteur… mais statistiquement vrai.
    « admettre que la complexité de la vie est le fruit du hasard n’est pas raisonnablement admissible. » Ha bon? Et depuis quand? Depuis leur apparition et leur développement, les sciences du vivant tendent, par chacune de leurs avancées, à démontrer cette hypothèse.
    Quant à votre dernière remarque, soit elle est de mauvaise foi, soit elle démontre une totale méconnaissance du sujet.

  20. Dainslef

    Je me suis emporté… les avancées des sciences ne « démontrent » pas l’hypothèse que je défends, mais tend à invalider l’hypothèse contraire. Je précise afin de lever toute ambiguïté, et devoir répondre à un pinaillage.
    L’argument de la cause première a lui aussi été réfuté. Depuis un bon bout de temps …

  21. Dainslef

    Si je ne développe pas, c’est pour 3 raisons: par manque de temps, par absence d’accès aux ressources afin d’étayer ce que j’avance, et parce que tenter de convaincre un croyant, c’est bien souvent « précher dans le désert », surtout pour devoir répondre à des pseudo-arguments reconnus comme étant invalides.

    • Paui

      Messages bien reçus, devons nous en conclure que croyants et non croyants ne peuvent discuter ? Je veux bien accepter que l’on me dise que mes arguments sont invalides mais une indication sur les sources me serait d’un grand secours.

  22. Dainslef

    Si pour vous, discuter, c’est ressortir les mêmes pseudo-arguments déjà réfutés et attendre qu’on fasse autre chose que de dire « c’est un pseudo-argument déjà réfuté »… Alors, effectivement, on ne peut pas discuter. Mais comme je suis bon et généreux, je me permets de développer un peu:
    * argument de l’horloger: c’est une pétition de principe, c’est-à-dire qu’on admet implicitement la conclusion à démontrer dans les prémices, et qu’on en vient forcément à la conclusion attendue… invalide
    * argument de la complexité irréductible du vivant: argumentum ad ignorantiam assorti d’une magnifique et totale ignorance des sciences du vivant, qui ont largement démontré que l’intervention d’un dieu est superflue. Je ne peux développer plus, ou alors il faudrait des heures et des heures de cours de biologique moléculaire, d’embryologie, de biochimie, et j’en passe…
    * Einstein lui-même était croyant: outre la véracité de cette information, qui reste douteuse, il s’agit là d’un énorme argument d’autorité, donc d’une totale invalidité. Quant à mon affirmation que le niveau d’éducation n’est pas un vaccin contre la superstition, c’est un fait avéré (statistiques INSEE).
    En espérant avoir répondu à vos interrogations,
    Cordialement

    • Paui

      Merci d’&voir pris le temps de me répondre. Je vous souhaite une vie heureuse. Si vous me permettez un point, la relation avec Dieu est basée sur l’amour, ceci est fort éloigné de la superstition.
      Cordialement

  23. Dainslef

    La superstition n’est pas dans l’amour, mais dans la croyance en l’existence d’un dieu. On peut très bien croire en l’amour sans croire en une divinité qui l’incarne. Mais bon, croisades, inquisition, etc… pour l’amour, on repassera.

  24. LeChercheur

    Que l’on veuille l’admettre ou non, les hommes ont été créés avec un besoin de spiritualité, un besoin inné d’adorer un être supérieur. Avec ses grandes processions d’armements, l’Union Soviétique athée d’alors rendait un culte au dieu de la guerre, comme le paganisme de l’antiquité. Le mausolée de Lénine, où se trouve le corps préservé du père du communisme est exposé au public depuis 1924, ainsi que ses nombreuses statues d’un bout à l’autre du pays, démontre qu’il fut l’objet d’un culte national. L’histoire le démontre, durant sa présidence, Joseph Staline faisait l’objet d’un culte.

    En Union Soviétique, les 70 ans de communismes athées n’ont pas empêché la croyance en Dieu. Une fois le communisme écroulé, les religions ont de nouveau fleuri. Même si officiellement la Corée du Nord pratique l’athéisme, Kim Jong-un, comme son père et son grand-père, fait manifestement l’objet d’un culte. Au milieu des années 70, Pol Pot, le chef des Khmers rouges communistes athées du Cambodge faisait aussi l’objet d’un culte. Quant à la Chine communiste, elle aussi fut incapable de tuer la religion. La Chine est à la fois, officiellement athée et très superstitieuse.

    Lorsque les athées dénoncent avec vigueurs les crimes passés comme présent, commis au nom de Dieu par des religions, ils ont parfaitement raison. Il n’existe aucune excuse pour justifier les crimes contre l’humanité perpétrés par des religions passées comme présentes. Si on jette un regard objectif, force est de constater que l’athéisme au pouvoir n’a fait guère mieux.

    En 1918, l’accession du communisme au pouvoir à causer des exécutions de masses et les libertés individuelles abolies. Vers les années 1950, Mao Zedong a délibérément créé une famine qui a causé la mort de 50 millions de personnes, soit l’équivalent des pertes de vie de la 2e guerre mondiale. Staline fut responsable de génocides et de cruautés sur une grande échelle. Les atrocités des Khmers rouges sont notoires. Dans l’ensemble, l’athéisme au pouvoir combat les libertés individuelles, et fait peu de place aux droits de l’homme. Le fanatisme religieux tout comme le fanatisme athée ont un point commun, le non-respect de la vie humaine.

    LA CONVERSION À L’ATHÉISME

    Les motifs pour lesquels on devient athée sont sans doute divers. Pour une large part, sans doute à cause des crimes commis au nom de Dieu. À cause de l’histoire, et surtout devant l’état lamentable où se trouve présentement l’humanité, devant tant de souffrances, certaine on conclu que, la non-intervention de Dieu prouve sa non-existence. Si on y regarde de plus près, il existe une autre raison. C’est le désir d’être indépendant de Dieu. De n’avoir pas de compte à lui rendre surtout du point de vu de la moralité. Bref, de décider soit même ce qui est bon et ce qui est mal. Exactement comme Adam et Ève ont fait dans le jardin d’Éden.

    Des athées qui prient au cas ou… qui se réunissent pour partager leur foi… qui prêchent leurs croyances sur internet… qui pratique le darwinisme avec zèle… qui font des cadeaux à Noël, font des souhaits au Nouvel An, qui se laissent mener par des traditions, se laisse guider par des maîtres à penser, ou par des philosophies humaines contradictoires, accomplissent en réalité, des actes religieux.

    L’ORIGINE DES RELIGIONS

    Ceci étant dit, la bible explique l’origine des religions. Le point de départ est la toute première prophétie de la bible consignée dans Genèse 3 :15. Il existe deux semences une provenant de Dieu et l’autre provenant de Satan, qualifié ailleurs dans la bible comme le père du mensonge. Dieu qui donne le libre arbitre cherche à attirer l’humanité vers lui, et Satan un Rebel, appelé le grand tentateur, cherche à éloigner de toutes les façons possibles, les humains pour qui ne sert pas le seul vrai Dieu. Ceci explique la présence incalculable de religions, de l’athéisme et de philosophies de tout acabit. Les croyances religieuses et philosophiques vont dans toutes les directions, c’est la botte de foin et la vérité c’est l’aiguille qui est cachée. Où trouver la vérité dans tout cela?

    Ce combat est en cours et les signes donnés dans la bible, indique que le vrai Dieu interviendra dans un proche avenir. Avant l’intervention divine, les Écritures annoncent une succession d’événements dont certaines sont actuellement à l’œuvre. Puis, il mettra une fin définitive aux conditions lamentables et à la méchanceté très rependue. La bonne nouvelle, les conditions sur la terre vont changer de façon radicale en faveur de ceux et celles qui sont humbles de cœurs et qui lui obéit.

    Cela suscitera sans doute, de la part d’athées pratiquant le darwinisme, de fortes réactions. Des réactions similaires à des religieux dont les dogmes sont attaqués et mis en doutes. Par sa nature même, l’athéisme n’apporte aucun espoir. Tu existe pour une courte durée de temps, dans des conditions plus ou moins difficiles, puis la mort vient. Il est plus logique pour l’athée et il n’a rien à perdre et tout à gagner, de prendre le temps de chercher l’autre alternative, celle de l’espoir de l’homme consigné dans la bible.

    QU’EST-CE QUI VOUS PROUVE HORS DE TOUT DOUTE QUE LA BIBLE EST LE LIVRE DE LA VERITE?

    Voici quelques raisons :

    L’HONNÊTETÉ DE LA BIBLE

    Les gens d’expérience et matures font rarement confiance aux vantards, pourquoi? C’est qu’ils font régulièrement usage à la fois d’exagérations et d’omissions des choses qui peuvent ternir leur image. Pour soigner leur image, ils ont souvent recours au mensonge.

    Quand on consulte les écrits des dirigeants païens qui vivaient aux temps bibliques, nous constatons une profonde dissimilitude avec la bible. Très souvent, les rois exagéraient leurs victoires et diminuaient ou carrément ignoraient leurs défaites dans leurs écrits. La vantardise et l’élévation étaient une pratique courante. Seule la bible fait exception.

    Les bonnes et mauvaises actions des rois et autres personnages bibliques sont étalées avec franchise ainsi que leurs victoires et défaites. Les nombreux jugements de Dieu défavorables envers ces derniers également. Bref, la bible ne ménage personne. Par exemple, Moise, Aaron et David ont été sévèrement réprimandés ainsi que le peuple dans son entier. En général, on aime à ce que l’on nous dit la vérité. C’est ce que la bible fait. Dieu désir des adorateurs qui cherchent et pratiquent la vérité.

    SON ENSEIGNEMENT MORAL

    Lorsque ses lois et principes sont observés, elle favorise un meilleur milieu de vie. La moralité biblique contrastait avec celles des nations païennes environnantes.

    LA CONTAMINATION MICROBIENNE

    Il y a des règles et récits bibliques qui sont en accord avec des faits scientifiques, qui furent connus des hommes, que des siècles voir des milliers d’années plus tard.

    Alors que l’existence des microbes n’est connue des humains que depuis environ 200 ans, les exigences sanitaires consignées au chapitre 23 de Deutéronome diminuent de beaucoup la contamination bactérienne. En résumé, les latrines devaient être éloignés du camp et les excréments recouverts. Ceci est en accord avec les règles modernes sanitaires en région éloignée où il n’existe pas de facilité.

    Il y a pas si longtemps, il y a 200 ans, les médecins ont contaminé beaucoup de patients en touchant des cadavres puis en soignants des malades sans se laver les mains. Pourtant des milliers d’années avant, la loi biblique exigeait qu’au contact d’un cadavre, les Israelites se devaient de se laver ainsi que les vêtements qu’ils portaient.

    Au temps biblique, il fallait éviter l’absorption et tout contact avec le sang. Aujourd’hui, pour des raisons sanitaires, beaucoup de pays exigent que les animaux soient vidés de leur sang avant la consommation. L’infirmière qui fait une prise de sang se protège à l’aide de gants, contre une possible contamination avec le sang. Après la vaccination, on jette immédiatement et de façon sécuritaire les seringues pour la même raison.

    Quand une maladie infectieuse se manifeste, comme c’est actuellement le cas en Afrique avec l’Ebola, la mesure immédiate à faire est la mise en quarantaine pour combattre la propagation. Selon une source, la mise en quarantaine n’existe que depuis le XVIIe et c’était pour éviter la propagation de la peste. Des milliers d’années auparavant, la bible elle imposait la mise en quarantaine des lépreux. Comment Moïse pouvait savoir tout cela, alors que l’existence des microbes était totalement inconnue? Il a bien fallu une inspiration divine.

    LES FAITS SCIENTIFIQUES

    Prenons le récit de la création. L’ordre dans lequel la vie fut créée correspond dans l’ensemble, à l’ordre observé par les archéologues. Or, au temps où le livre de la Genèse fut rédigé, les fouilles archéologiques n’existaient pas. Moïse n’avait aucun moyen de savoir cela. Il a bien fallu une inspiration divine.

    Bien avant les confirmations scientifiques, la bible spécifia que la terre était en forme de cercle (Isaïe 40 : 22) et suspendue dans le vide ( Job 26 : 7 ).

    La bible décri avec simplicité et avec justesse le parcours cyclique de l’eau sur la terre. (Ecclésiaste 1 : 7)

    LOI DE LA GÉNÉTIQUE

    La Genèse dit : les animaux se reproduisent selon leurs espèces. Ceci est conforme à la loi sur la génétique et au constat. Les éleveurs d’animaux le savent très bien, il y a des limites aux croisements des animaux. Deux exemples, un cheval se croise avec un âne, produisent un mulet qui est stérile, fin de l’espèce. Un lion se croise avec un tigre, donne des petits dans la majorité des cas stériles. Dans les rares cas où ils ne le sont pas, ils sont tellement tarés qu’ils ne peuvent pas survivre à l’état sauvage et leurs rejetons seront probablement stériles, fin de l’espèce.

    L’humanité a hérité de l’imperfection à cause du péché d’Adam et Ève et conforme aux lois scientifiques sur la génétique. Bref, les enfants héritent des caractéristiques de leurs parents.

    LES PROPHÉTIES BIBLIQUES

    À cause de l’ère atomique et de la pollution planétaire, une éventuelle disparition de la terre et de la vie provoquée par la capacité scientifique et industrielle de l’homme est du domaine du possible. Ce sujet est abordé tous les jours et n’étonne plus personne. Toutefois, ces capacités n’étaient pas envisageables aux temps bibliques. Rien ne menaçait sérieusement la terre.

    Alors, comment expliquer que la bible aborde le sujet?

    Le Créateur stipule qu’il a solidement formé la terre et fait ces étonnantes précisions; la terre n’a pas été créée pour rien, il l’a faite pour être habité (Isaïe 45 : 18), la terre va rester pour des temps indéfinis (Ecclésiaste 1:4) et se fait rassurent en ajoutant que les justes vivrons pour toujours sur la terre (Psaume 37:29). Seul le Créateur qui connait l’avenir pouvait savoir que la terre allait être à une époque menacée.

    Le livre de la révélation ou l’apocalypse qui fut rédigé pour le temps de la fin contient plusieurs prophéties. L’une d’entre elles dit que le Créateur va détruire ceux qui ruinent la terre. (Apocalypse ou Révélation 11 : 18) Comment savait l’apôtre Jean qu’un jour la terre serait ruinée par l’homme? Il fut forcément inspiré par Dieu. Nous sommes tous en mesure de constater aujourd’hui que la terre est saccagée par l’intervention humaine. Toutefois, Dieu promet que la terre va toujours exister et habiter par l’homme. Cela veut dire également que Dieu va intervenir. (JW.org)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s