Dilemme d’Euthyphron

Le dilemme d’Euthyphron (ci-après DE) va à peu près comme suit: est-ce qu’un chose est bonne car elle s’accorde avec la volonté de Dieu ou est-ce qu’elle s’accorde avec la volonté de Dieu car elle est bonne?

Les deux possibilités engendrent des problèmes que je vous résume ici. Si on croit que X est bon car Dieu veut X, alors on ne sait pas plus pourquoi Dieu veut X. Ça ne nous donne pas de critère objectif de moralité. Si on croit que dieu veut X car X est bon (en soi), alors on suppose un critère moral qui est supérieur à Dieu, ce qui est problématique dans plusieurs systèmes théologiques.

La solution habituelle au DE, celle proposée par les théologiens, est de dire que Dieu est intrinsèquement bon. Le bien est une propriété de Dieu, par conséquent il n’a pas à « apprendre » ce qui est bon: il est lui-même bon et n’a donc qu’à agir. Peu importe ce qu’il fait ou veut, ce sera bon.

Mais affirmer que le bien est une propriété de Dieu n’est pas une solution au dilemme d’Euthyphron. Cela ne nous dit pas pourquoi Dieu est bon. Pourquoi ne serait-il pas mauvais? (En fait, cela ne nous dit même pas si Dieu est vraiment bon. Peut-être est-il intrinsèquement trompeur. Peut-être que le dieu n’est pas bon, et qu’on se fie donc à de mauvais critères pour établir ce qui est bien/mal).

Par ailleurs, cette histoire de propriété de Dieu n’a pas de sens. Un être parfait ne dépend de rien, il n’a pas de modules ou de sous-sections. Penser Dieu comme devant se conformer à sa conscience morale, c’est très anthropomorphique et incompatible avec l’idée d’un Dieu parfait/infini. (Ce qui ne sera pas un problème si vous ne pensez pas Dieu de la sorte. Mais bon.)

Considérant cela, je ne vois pas d’autre manière de sauver l’argument qu’en faisant l’adéquation complète entre bien et Dieu, et faire de Dieu l’ensemble des principes fondamentaux de l’univers. Encore ici, plutôt incompatible avec la vision traditionnelle… on s’approche plutôt du déisme. Ce genre de Dieu n’ayant pas vraiment de volonté, on évite le DE.

Ce serait encore plus simple de ne pas postuler de Dieu du tout, tant qu’à y être.

Publicités

6 Commentaires

    • Françoise

      La position du philosophe Marcel Conche me semble intéressante à ce sujet.Le mal qui touche les enfants est-il compatible avec la volonté divine? Si oui ,dieu est mauvais.Si non Dieu n’existe pas.Il retient la dernière hypothèse car il considère qu’il y a incompatibilité pour la première proposition.

  1. Ben

    En plus d’être tautologique, ce dilemme me semble absurde. C’est un peu comme de se demander si Dieu est transcendant ou immanent, etc. Je trouve étrange de vouloir rationaliser la foi, qui ne prétend pas être un acte rationnel (notons que ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose).
    Méthodologiquement parlant, Dieu n’existe pas. Ceci, même des croyants peuvent le reconnaitre. Pourtant, j’ai le sentiment qu’avec ces faux débats, on passe à côté du sens réel de la foi…

  2. Pingback: Problème du mal théologie contemporaine | Le blog Libre sans dieu!
  3. Jean de Cuir

    Oh! Toute l’ argumentation repose sur le récit de la croyance. On développe comme si on était dans la réalité alors que la seule réalité discutée est inhérente à un monde de signifiants auquel certains accordent un degré de certitude. La question posée relève d`une raison en quête d`elle-même, c’est-à-dire que c’est uniquement la raison qui peut se poser elle-même et développer ce qu’elle peut advenir. Ou, autrement, c’est la personne qui s’invente même son histoire. Sinon, « on » se conçoit comme déterminé, soit par la nature ( qu’ est-ce que c’ est?), soit par une révélation ( qui donc la reçoit?), soit par un codage génétique ( que l’on ne connaît pas encore!). Et on ne sait pas ce que signifie — ce que l’on se signifie — être libre. Disons, que je pense que ce sont les personnes qui, parmi les milles tracas de la vie au cours de l’ histoire — qui se poursuit — se dotent de ce qu’ils sont et de ce qu’ils désirent poursuivre. Nous sommes ici parmi les galaxies et nébuleuses, tout simplement seuls sans qu’ aucune parole ne vienne de l’extérieur de nous!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s