« Tout le monde croit en quelque chose »

Quoi de plus banal et moche que de conclure, devant une des myriades de croyances qui existent, que « tout le monde croit en quelque chose ». Ce n’est pas tout à fait faux, mais c’est assez insignifiant. C’est pourtant une des répliques que j’entends le plus souvent lorsqu’il est question de croyances.

Comprenez moi bien: je ne remets pas en question l’énoncé en tant que tel. Si on définit croyance comme une opinion non vérifiée, alors dire que nous avons tous des croyances revient à dire cela: nous avons tous des opinions qui ne sont pas confirmées hors de tout doute raisonnable.

N’ayant ni le temps ni les ressources pour élever toutes nos opinions au niveau de la raison, et ne disposant pas toujours de toutes les informations nécessaires pour accomplir ce travail d’auto-critique, il est évident que nous devons avoir des croyances. Par ailleurs, en s’interrogeant sur le fonctionnement de la a science on réalise rapidement que l’incertitude est chose commune et qu’il faut faire avec, la science étant ce perpétuel work-in-progress, etc, etc*. Bref, comme je l’ai dit, je suis d’accord avec l’énoncé « tout le monde croit en quelque chose » si on le prend dans le sens défini plus haut.

Mais, vous l’avez deviné, il est assez rare qu’on emploie le « tout le monde croit en quelque chose » pour parler de l’incapacité de l’humain à établir des certitudes concernant le réel. Lorsque c’est utilisé, c’est plutôt pour dire que tout le monde est religieux et que ceux qui nient leur « sens religieux » sont simplement trop frustrés, orgueilleux, antisociaux, égoïstes et j’en passe. Cet argument est sans doute le petit cousin de l’argument disant que tout le monde est hétéro et que les homos sont simplement des gens troublés* ou pervers.

On ne peut pas répondre à un tel argument. Cela ne ferait que prouver que nous sommes des égoïstes frustrés.

Je dis « argument », mais il faudrait parler d’arnaque. Quand on me dit « tout le monde croit en quelque chose » pour tenter de justifier telle ou telle croyance, on essaie de m’arnaquer. On (qui? appelons le « Monsieur On ») me fait d’abord croire qu’il va employer le verbe croire dans sa forme transitive: « je crois que X ». Mais rapidement et subtilement, Monsieur On fait un petit glissement de sens vers une définition plus religieuse de la croyance, grâce à l’autre verbe croire, le « je crois en X ».

Ainsi, grâce à la polysémie**, le « tout le monde croit » devient donc « tout le monde est croyant, tout le monde est religieux ». Or je ne suis pas d’accord du tout avec cette autre affirmation qui s’est substituée à la première! Mais, comme j’ai hoché la tête au début de la conversation, je me sens obligé d’être encore d’accord avec Monsieur On. Je me fais fourrer, quoi.

Avec la canonisation de Frère André-je-mets-mon-coeur-dans-le-formol qui a été très médiatisée, je me suis retrouvé en face de plusieurs Monsieur On (et Madame On). On me dit que des milliers de personnes ont trouvé du réconfort grâce au Frère André, qu’il ne faut pas nécessairement être religieux pour apprécier la valeur des miracles du Frère André, que les gens ont besoin de croire, que ça rend heureux, etc. Ça ne m’impressionne pas. Alors, le coup final, on me sort le cliché « bof, de toute manière tout le monde croit en quelque chose ». GRrrrr.

*Une variante politiquement correcte: tout le monde est hétéro ou homo, les bisexuels sont simplement troublés ou pervers…

**Il est marrant de se dire que cette arnaque repose sur une particularité, une contingence de la langue française. Si on employait régulièrement un verbe différent pour « croire » (sens 1) et « croire » (sens 2), l’arnaque serait plus difficile à réaliser. Toutes mes excuses aux fans de Lacan.

À lire aussi:

  • Un texte similaire sur pseudo-sciences.org.
  • Le Larousse nous montre la différence entre « croire » (verbe transitif, comme dans « je crois qu’il va pleuvoir ») et « croire » (verbe intransitif, comme dans « je crois en Dieu »).
Publicités

4 Commentaires

  1. Aurelien Lang

    Je suis assez d’accord avec l’affirmation « tout le monde croit en quelque chose » dans un sens purement épistémologique. Il me semble que nous présupposons tous « quelque chose » pour connaître.
    Je discuterai cependant le glissement sémantique vers la croyance religieuse. Dans le jargon biblique, le mot foi « pistis » ne pourrait-il pas s’analyser en terme de fondement épistémologique – opposé à « muthos » par exemple qui a plus le sens de fable et qui est rejeté vigoureusement dans la Bible (1 Timothée 1.4 ou 1 Pierre 1.16) ?
    Si oui, je rejette la définition du Larousse qui est à mon sens influencé par la fausse dichotomie « foi/raison ».

  2. Feel O'Zof

    Je te comprends LibreSansDieu, moi aussi cette réponse préfabriquée me frustre à chaque fois. Mais ce qui est intéressant c’est qu’elle implique que le croyant reconnait qu’il existe deux niveaux de croyances, deux sens à ce verbe.

    Par exemple, à la phrase «Tout le monde croit en quelque chose» je réplique souvent, disons, que je crois en l’existence de la table qui est devant moi. La personne est alors obligée de donner une définition plus explicite de ce qu’elle entend par «croire» ce qui l’empêche d’utiliser fallacieusement la polysémie. C’est intéressant de voir que le sens du mot «croire» pour eux signifiera généralement «croire en quelque chose qui ne se peut pas».

    Également, tu remarqueras que pour les croyants, le verbe «croire» et le concept de «foi» a un troisième sens (qui, dans leur esprit, s’agglutine tout aussi confusément aux deux premiers). Ils diront, par exemple, qu’ils croient en Dieu (et non pas qu’ils croient à Dieu). Or croire en quelqu’un c’est avoir confiance en lui, et non croire en son existence. Donc, pour certains d’entre eux, lorsqu’on leur dit ne pas croire en Dieu, ils entendent cela comme si nous avions perdu confiance en Dieu. C’est pourquoi ils nous qualifient de «frustrés, orgueilleux, égoïstes». Pour cette raison, j’essaie généralement de dire que je ne crois pas à Dieu ou que je ne crois pas aux dieux, afin d’éviter ce genre de méprise.

  3. luestan

    Puisqu’il est question de sémantique…
    Je dirais qu’il n’y a qu’un seul verbe « croire », mais avec des constructions diverses (un peu comme les Chrétiens disent « un seul dieu en trois personnes »…).
    1) Croire que… suivi d’une proposition. C’est l’emploi le plus étendu.
    2) Croire à… suivi d’un nom le plus souvent abstrait, qui est le représentant d’une proposition, ce qui nous ramène au cas 1). « Croire à la victoire de son équipe », c’est « croire que son équipe va gagner » (2a). Si le nom n’est pas abstrait, l’énoncé est un raccourci de « croire à l’existence de… ». « Croire aux Martiens », c’est « croire à l’existence des Martiens » = « croire que les Martiens existent » (2b).
    3) Croire en… suivi d’un nom concret. En ce cas le verbe se charge d’un sens nouveau. Il ne s’agit pas tellement de « croire à l’existence de »(2b), mais surtout de « croire que ce à quoi on croit donne un sens à notre vie », donc « mettre sa confiance EN ce À quoi on croit ». On peut même dire « je crois en toi » à quelqu’un dont l’existence est certaine. Épicure croyait à l’existence des dieux (2b), mais ne croyait pas en eux (3).
    4) Croire, sans aucun complément (emploi absolu). Cela semble un raccourci de 3), mais ce en quoi on croit reste alors totalement indéterminé. En ce cas, le verbe peut signifier simplement « avoir confiance ». Ce peut être la simple croyance que la vie a un sens (ou du sens). Mais ce sens reste une inconnue. Le refus de tout complément repose sur l’idée que tout complément induit une erreur.
    Il me semble que ce sens 4) est compatible avec l’athéisme. On rencontre en effet des athées qui « croient au progrès » (N.B.: curiosité de la langue française, ici « au » = « en le », c’est un ancien « ou »). Or « croire au progrès », c’est « croire que la vie a un sens ». les athées qui ne veulent pas se laisser enfermer dans une philosophie de l’absurde devraient, à mon avis, revendiquer ce sens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s