Spinoza, au sujet du Diable

Croire au diable? Aux démons? Quoi de plus ridicule! Spinoza nous explique tout cela et bien plus dans cet extrait délicieux du court traité:

1) Y a-t-il des démons, ou n’y en a-t-il pas ? C’est ce que nous examinerons brièvement.

Si le diable est une chose entièrement contraire à Dieu et qui ne tient rien de Dieu, il se confond entièrement avec le néant, dont nous avons déjà parlé plus haut.

Autrement dit, si le diable est l’inverse de Dieu (qui est infini), alors le diable est néant. Il n’existe pas.

(2) Si nous supposons, comme on le dit, que le diable soit une chose pensante, incapable de vouloir et de faire aucun bien, et qui s’oppose à Dieu dans tout ce qu’il fait, il est alors digne de toute pitié ; et, si les prières avaient quelque valeur, il faudrait prier pour lui.

Sacré Spinoza, qui se moque comme pas un. Spinoza ne croit pas au pouvoir de la prière, et il considère la pitié comme un sentiment assez vil. Bref, quand il dit d’avoir pitié et de prier pour le diable, il se bidonne bien. Mais ce qu’il dit n’est pas con: si on croyait vraiment au diable, alors on s’empresserait de prier pour lui, pour le salut de son âme. Mais, explique ensuite Spinoza, le diable ne peut exister. Un tel être est simplement absurde:

(3) Mais demandons-nous si un être aussi misérable pourrait exister même un moment : nous verrons que cela est impossible. Car la durée d’une chose procède de sa perfection, et plus elle a en elle d’être et de divinité, plus elle est durable. Or le diable n’ayant en soi aucun degré de perfection, comment pourrait-il exister ? Ajoutons que la stabilité et la durée du mode dans la chose pensante dépendent de son amour pour Dieu et de son union avec lui ; et, comme c’est le contraire de cette union que l’on suppose dans les démons, il ne se peut faire qu’ils existent.

(4) Enfin. il n’y a nulle nécessité à supposer l’existence des démons, puisque l’on peut découvrir les causes de la haine, de l’envie, de la colère et de toutes les passions, comme nous l’avons fait. Nous n’avons donc pas besoin de cette fiction.

Amen… ou CQFD.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s