Pourquoi existe-t-on?

Quand j’entends le cliché « la science explique comment, la religion explique pourquoi », je me marre doucement, pour pas te réveiller.

La prétention chrétienne a expliquer le pourquoi des choses est assez rigolote. Si on prend le pourquoi central du christianisme: « pourquoi est-ce que j’existe? » on se rend compte que la théologie chrétienne n’explique rien.

Alors posons la question: pourquoi est-ce que j’existe? Et quand je dis « je », je veux dire moi, sous ma forme actuelle. Avec un corps, de la matière tout ça. Réponse chrétienne: la vie sur terre, donc dans une forme matérielle, est une sorte de test visant à déterminer les « bonnes » personnes à envoyer au Paradis. Problème avec cette réponse: ça n’explique toujours pas pourquoi j’existe. S’il est seulement question de faire un test, alors pas besoin de créer le monde. Dieu aurait pu simplement créer des âmes immatérielles* et les tester. Non seulement ça aurait pu fonctionner, mais le résultat aurait sûrement été plus fiable.

La condition humaine crée de l’injustice

Prenons par exemple une caractéristique découlant de notre condition humaine: la faim. Je peux voler, mentir, et même tuer parce que j’ai faim. Certains ont tué et mangé leurs congénères. Sans parler du péché de gourmandise! La faim est donc une « occasion de chute », une source de péché découlant de notre condition humaine. Comme nous n’avons pas tous le même accès à la nourriture, cela introduit une inégalité dans le système d’arbitrage céleste. Celui ou celle qui a accès à de la nourriture de qualité à prix abordable, de même qu’à de l’information de qualité concernant la nutrition, et bien cette personne ne va pas tuer ou voler pour manger. Et elle ne va pas tomber dans l’excès de nourriture.

On peut continuer pour chaque besoin physique imaginable: à chaque fois cela crée des injustices dans le système de pointage déterminant qui va aller au ciel et qui va brûler en enfer. Pire: certaines personnes ont des besoins charnels plus pressants, des pulsions plus difficiles à surmonter, et ce par leur nature même. L’eunuque, par exemple, n’a pas de problème avec le péché sexuel. Certes, la Bible dit d’éliminer les sources de tentation, mais ce n’est pas toujours possible.

Pourquoi chacune de mes caractéristiques, et pour chaque trait propre à l’humanité, je peux demander: en quoi cela permet-il d’accomplir le supposé plan divin? S’il n’y a pas de réponse (autre que « les vois de l’Éternel sont impénétrables ») je peux toujours vous proposer une autre solution: il n’y a pas de plan divin pour ma personne, il n’y en a pas plus pour l’humanité.

Le problème de la contingence

Bref, on ne comprend toujours pas, selon une grille d’analyse chrétienne, pourquoi j’existe. Pourquoi Dieu ne m’a-t-il pas simplement créé sous une autre forme, laquelle permettrait vraiment d’évaluer mon « âme »?

Je vois une solution simple: Dieu aurait nous créer comme il l’a fait pour les anges. Les anges, parait-il, sont purs esprits. Ils ont néanmoins un « libre-arbitre », comme l’atteste la rébellion du tiers des anges, dirigée par le fameux Satan.

Postuler un Créateur est supposé mettre fin aux questions concernant la forme actuelle du monde. Cela devrait arrêter les questionnements sur le « pourquoi » des choses, mais il n’en est rien. Rien n’explique pourquoi Dieu a créé le monde sous sa forme actuelle. Quelques possibilités:

  • Pourquoi ne pas créer sept milliards d’humain tout d’un coup, leur annoncer le message de l’évangile, les laisser vivre leur vie, puis les juger?
  • Pourquoi Dieu a-t-il besoin d’autant d’humains? Il aurait bien pu se contenter d’un seul. Ou de deux.
  • Dieu aurait aussi bien pu créer un nombre infini d’âmes, ou de cerveaux dans des cuves, tant qu’à spéculer…
Si on ne peut pas expliquer pourquoi nous sommes dans le monde actuel, plutôt que dans l’un des scénarios décrits plus hauts, alors on ne peut certainement pas expliquer le « pourquoi » du monde. Expliquer le pourquoi implique de montrer pourquoi ce monde doit être tel qu’il est, pas autrement, pour un ensemble de raisons. Le christianisme n’est pas en mesure de fournir une telle explication.

*Je vais supposer qu’une âme peut exister, et qu’elle peut le faire sans substrat matériel.

12 Commentaires

  1. Michel THYS

    Nombreux sont les croyants qui cherchent à concilier la raison et la foi, la science et la religion, le créationnisme ou le « dessein intelligent» et l’évolutionnisme, l’objectif et le subjectif. Mais, à mes yeux, leurs arguments, par exemple le recours à un dieu, ou à un grand architecte de l’univers pour les déistes, ou encore l’harmonie apparente du monde, etc., sont anthropomorphiques ou des pétitions de principe.
    L’ « argument » le plus subtil et le plus fréquemment évoqué par les croyants, c’est que la science et la raison s’occupent du « comment », tandis que la religion et la foi s’occupent du « pourquoi ». Se situant à des niveaux différents, elles seraient complémentaires et donc conciliables.
    J’y vois une pirouette jésuitique, parce que cela voudrait dire qu’il suffirait de changer de point de vue, ou de lunettes, pour que deux hypothèses contradictoires puissent être vraies en même temps, alors que logiquement l’une d’elles doit être vraie, et l’autre fausse.

    Certains scientifiques, comme Andrew NEWBERG, ont cherché à concilier leur foi et leur raison en affirmant que « Dieu » a programmé le cerveau humain pour croire, ou encore, comme le neurophysiologiste Mario BEAUREGARD, en recherchant dans le lobe temporal droit l’antenne que « Dieu » y aurait placé pour recevoir sa « Révélation » ! En vain, évidemment, puisque c’est tout le cerveau qui est concerné, même si le cerveau émotionnel apparaît prédominent chez le croyant.

    Comment expliquer cette imperméabilité de certains croyants, par ailleurs souvent intellectuels éminents, à toute argumentation rationnelle et scientifique ?
    Paradoxalement, je propose une hypothèse explicative inhabituelle, à partir d’observations de psychologues religieux et de psycho-neuro-physiogistes croyants.
    Il y a d’abord les observations, notamment, d’un psychologue religieux, le chanoine Antoine VERGOTE, professeur émérite à l’Université catholique de Louvain.
    Il a confirmé en 1966 qu’en l’absence d’éducation religieuse, la foi n’apparaît pas.
    De fait, l’émergence de la liberté de conscience et de religion me paraît compromise d’abord par l’imprégnation de l’éducation religieuse familiale, forcément affective puisqu’elle est fondée sur l’exemple et sur la confiance envers les parents.
    Cette influence, légitime mais unilatérale, est ensuite confortée par celle d’un milieu culturel croyant qui ne développe pas l’esprit critique en matière de religion, occulte toute alternative humaniste laïque et surtout incite à la soumission plutôt qu’à l’autonomie et la responsabilité individuelle. L’éducation coranique, exemple extrême, en témoigne hélas, à 99 %, la soumission y étant totale.

    Quant aux psycho-neuro-physiologistes, ils ont observé que, dès l’âge de 2 ou 3 ans, les amygdales (pas celles de la gorge !), sont déjà capables de stocker inconsciemment des souvenirs émotionnels, tels que l’atmosphère envoûtante d’une église ou les comportements religieux des parents.
    Or l’IRM fonctionnelle tend à montrer que ces traces sont indélébiles et qu’elles se renforcent par la plasticité neuronale due à la répétition des expériences religieuses.
    J’en déduits qu’à des degrés divers, le cerveau rationnel et donc l’esprit critique ultérieur s’en trouvent inconsciemment anesthésiés, indépendamment de l’intelligence et de l’intellect, du moins dès qu’il est question de religion.

    Dans cette optique psychoneurophysiologique, les conversions religieuses deviennent compréhensibles à mes yeux. Le brusque basculement de l’incroyance vers la croyance, s’accompagne toujours d’un bouleversement de neurotransmetteurs et d’hormones, un peu comme lors d’un coup de foudre amoureux, mutatis mutandis bien sûr. Par exemple, la conversion de Paul CLAUDEL, qui avait perdu la foi à 14 ans et qui l’a retrouvée à 18, en entendant le Magnificat de BACH à N-D de Paris le 25 décembre 1886. L’environnement sensoriel (les grandes orgues, l’odeur d’encens, le décorum, le gigantisme de l’édifice, etc.) a dû provoquer chez lui un bouleversement, notamment au niveau de la sérotonine et de la dopamine, au point de faire disjoncter son cerveau rationnel au profit de son cerveau émotionnel, malgré sa brillante intelligence. Les exemples abondent.

    Les parents croyants devraient se demander si, à notre époque de pluralité des cultures et des convictions, ils ont encore moralement le droit, même s’il est légitime et constitutionnel, d’imposer unilatéralement leur croyance à leurs enfants.
    La religion étant une affaire privée, elle ne devrait être mentionnée à l’école que lors d’un cours d’histoire ou de philosophie, parce qu’un minimum de culture religieuse fait partie de la culture générale, notamment artistique.
    A mes yeux, l’enseignement confessionnel est à la fois élitiste, inégalitaire, prosélyte, exclusif, communautariste, anachronique et donc obsolète.
    Les instances laïques devraient prôner un système éducatif pluraliste proposant à tous les niveaux, une information minimale, progressive, objective et bien sûr non prosélyte, à la fois sur le « fait religieux », c’est-à-dire les différentes options religieuses ET sur le « fait laïque », c’est-à-dire les options laïques occultées par les religions, l’humanisme laïque, la spiritualité laïque, etc. C’est ainsi que je conçois la neutralité de l’Etat : sans laxisme ni électoralisme. Mais les religions réagissent, les sectes profitent de ce que la « quête de sens » subsiste et l’islamisation progresse insidieusement. Il est donc plus que temps de proposer l’alternative d’un humanisme laïque solidaire, proposant un socle de valeurs « universalisables » acceptables par tous, croyants comme incroyants.

    Vivement un large débat médiatique, puis politique, à ce sujet !

  2. Marco

    « Pourquoi existe-t-on? »

    J’aurais aimé votre réponse à cette question et non une explication qui analyserait pourquoi la réponse d’une vision « christianisée » est dénueé de sens.

    C’est quoi le sens de la vie? Comment extrait-on une substance morale du monde?

  3. Rébecca

    Le sens de la vie, c’est toi qui le choisis. Dans ta façon d’être, d’aimer, de vivre en général. Tu fais DE ce que tu aimes une raison de vivre. Pourquoi existe-t-ton? C’est une question que je pense sans réelle réponse, car nous sommes ici, on ne peut rien y changer. La nature a voulu une espèce humaine après l’espèce animale, donc elle vit sur Terre. Aucun rapport avec la religion, Dieu, etc.. Non, c’est beaucoup trop facile, sinon on ne se poserait pas la question et tout le monde croirait en Dieu. Sauf qu’il y a des gens censés qui n’y croient pas (comme moi…). Maintenant, je pense quand même que l’homme doit respecter un semblant le milieu dans lequel il vit, c’est-à-dire la nature, le monde et aussi les humains qui l’entourent. Ce qui a de sûr, c’est que nous vivons pour faire le bien, alors ne faites pas de mal à n’importe qui/quoi.
    Peace and Love.

  4. berlherm

    Quand on veut expliquer quelque chose, il vaut mieux ne pas rajouter un élément supplémentaire, cela complique l’explication. Les croyants rajoutent Dieu pour expliquer l’univers, et l’âme pour expliquer l’homme.

    Les croyants posent souvent la question de Leibniz: « Pourquoi quelque chose plutôt que rien? ». Cette question ils peuvent la reporter à leur dieu: « Pourquoi un dieu plutôt que l’univers tout simplement. » Un dieu éternel n’a lui-même aucune explication à sa propre existence. Il y en a qui vont même jusqu’à imaginer que Dieu s’est créé lui-même, comme explication de sa propre présence sans doute. Ce qui ne veut rien dire puisqu’il ne peut y avoir de délai dans sa création de lui-même, ce qui équivaut à la continuité de son existence. S’il y avait un délai de création, le pauvre aurait une fin, il serait mort puis né, et ne serait donc pas éternel.

    Mais sans croyant il n’y aurait pas d’athées, nom de Dieu!

  5. Justicier

    Super problème, parfaitement bien posé par Marcel, et développements parfaits de Michel THYS, de Rébecca ainsi que de berlherm, mais pour tenter de répondre à Marco, je dirais que les croyants…..croient à un Dieu créateur, et ils ont parfaitement le droit de croire ce qu’ils veulent, même au père Noël, si ça leur chantent, personne leur en voudra de croire si ça les aide à vivre tant mieux pour eux.
    Alors que les athées, comme moi, eux, ne croient en rien de particulier, ils n’ont AUCUN DOGME, ils réfléchissent et ils essaient de penser par eux mêmes.
    Ils considèrent qu’un Dieu créateur déterministe, n’est en dernière analyse qu’une pure hypothèse d’ailleurs de moins en moins crédible.
    Il est absurde de chercher un sens à sa vie AUTRE que celui qu’on lui donne tout simplement, personnellement ou colectivement d’ailleurs.
    Personnellement je demande simplement aux croyants de répondre à une question très simple.
    Pouvez vous imaginer une seule seconde que ce que croyez puisse ne pas être vrai ?
    Non ? alors par définition, vous ne pouvez pas être objectifs.
    Les athées, eux comme ils considèrent qu’un Dieu créateur DETERMINISTE, n’est jusqu’à preuve du contraire, qu’une hypothèse, certes millénaires, mais qui, même si les chances qu’elle soit la bonne, sont extraordinairement infimes et ne cessent constamment de s’amenuiser.

    Ils sont de ce simple fait, beaucoup plus ouverts et objectifs.

    Maintenant se demander pourquoi on est soi et pas un autre et donc pourquoi j’existe, c’est exactement toutes proportions gardées, comme si on demandait à une cellule pourquoi elle se divise ?

    Les seules « objectifs » de base de toute vie c’est de se nourir de se multiplier et de mourir.

    Qu’on le veuille ou non, on est là par le hazard des équilibres et des échanges permanents entre la matière et l’énergie et au final de la rencontre du spermtozoïde et d’un ovule spécifique de ses parents et eux de mêmes.

    C’est cette « fusion » qui fait émerger notre propre conscience de nous même et, jusqu’à preuve du contraire, rien d’autre.

    Justicier

    • EmynodupeusAlias

      Moi,je suis chrétienne,et pourtant j’arrive un point de vue objectif…mais je ne m’étendrais pas dessus,car de toute façon ce n’est pas de ce point de vue là dont je vais me servir,mais c’était juste une petite note curieuse à Justicier.

      Mais j’aimerais me référer à Marco.
      Et j’aimerais dire au créateur de ce blog que l’on n’a pas été créé pour être jugé,cela relèverais de cruauté:
      Comme l’on existe pas encore,on nous crée,ensuite on nous juge,et puis enfin les juste vivent et les coupables meurent.Je ne sais pas qui t’a répondu ça,mais elle a dû sauter une étape.
      Moi je dirais plutôt qu’on existe pour Dieu.Bien entendu,arrivé à ce stade, il faudrait alors développer pourquoi et je crois que j’en suis capable,mais je ne dis pas que je n’oublierais une étape,comme cette personne qui vous à donné sa regrettable réponse du sens de la vie,car je ne suis pas infaillible.

      Disons que Dieu a créé les anges,des êtres dotés du libre arbitre,comme chacune de ses créations.pour intercéder entre eux et lui,y’a Lucifer,un ange qui est en gros super extra gigantissime,trop beeau et archi MA-GNI-FIQUE et très apprécié de Dieu(bon,lui,il aime tout le monde donc c’est un peu dur à nuancer)
      Et puis là,il veut créer la vie,la beauté de…je ne sais pas comment le dire,le foisonnement de la vie .Un monde PARFAIT où l’amour prime?Je dirait la vie,et considérez ce mot comme la vie PARFAITE,vu que c’est comme ça que je pense que c’était avant et que le mot qui refléterais ce que je veux dire n’a apparemment pas été encore inventé.Mais bon,ça viendra,j’imagine…
      Bon alors là il créé la Terre,les animaux,lumière,ciel-mer etc…
      Et puis enfin il crée l’Homme,seule différence entre lui0 et les anges:ils ne sait pas encore distinguer le bien du mal,ce qui lui serait bien inutile,là où ils sont tombé(TOUT ÉTAIT PAR-FAIT!).
      Il l’a créé,non pour le juger,mais,comme j’ai essayé de le dire,pour la vie(essayer d’appliquer à la vie MA définition,et vivement qu’on crée de nouveaux mots!).Ah,en fait ,j’ai trouvé comment le dire;Dieu nous a créé parce que c’était bien que l’on soit heureux.C’est bien de créer le bonheur,de lui donner vie,de donner vie à des êtres qui seraient parfaitement heureux.Ce n’est toujours pas très clair,mais ça me semble plus compréhensible comme explication.
      Et puis Satan-l’orgueuil etc…
      Bien sur,Dieu sait toute chose,mais bon,ce n’est pas trop de sa faute non plus.J’imagine que vous savez tous ce qu’est le libre arbitre ,donc je vais sauter ce point là.Par contre,l’amour,c’est pas très sûr,alors….Disons que nous nous mettons du point de vue de Dieu (désolé aux athés,de vous faire souffrir et grincer des dents,j’imagine ,car c’est ce que je fait qu’en j’entend quelqu’un me fait un discours athé,enfin,ce n’est pas le discours en lui même qui m’horripile,mais certains éléments qui sont…qui viennent de fait dérivés de mensonges,ce qui fait que le raisonnement est pertinent,mais qu’il est fait à partir d’un …mauvais?DU mauvais fait,et ça tue tout le reste,comme dans ce cas -ci.Mais je pense que vous allez faire comme moi,et essayer de comprendre ce que je veux dire,parce que qui sais?Ahah,encore une phrase dont la réponse en suspens à dû vous faire grincer les dents,désolé).
      Il crée des êtres qu’il aime.Quand on aime quelqu’un,si on l’oblige à nous aimer,il ne nous aime pas de lui même,et il ne nous aime même pas,car on e peut être forcé à aimer,et quand bien même,cet amour n’aurait aucune valeur,car il ne viendrait pas de l’être en question,et il y a donc constemment danger de trahison,ce qu’a fait Satan,et péché,blablabla…
      Là,je pense qu’en essayer de décoder ce que j’ai dit(j’admet moi même que ce n’ai pas très clair,mais j’ai fait de mon mieux),je pense qu’on pourrais reposer ta question.
      Sinon,mon point de vue est total religieux,désolé…Pas le temps de faire des 2 points de vue,surtout comme je me perd en hors sujets,parenthèse.
      Encore,je n’en suis pas aux labyrinthes d’étoiles,et je n’ai pas fait trop de hors sujets,hormis…euh,celui ci.
      Bye!

      (lldldhgdlthdkltj(jkujhkkh*kjh kjkjhkj)kljhk kjh khkj)*hkjkjhkjk(kjhjlj(lhkj)ljl)lkjlkhkj hkjh* hkkjhkjkjh(kjhkjhkjhkj*kjkjhkj)lkjhkl(kjkhjb kljhh)lhllj(khljkhkljkj*klhlkh(ljhk*jhkjhkjkjh(kjhkjhkj)kjhkj)kjhkjh)kljhkj
      [un exemple de labyrinthe d’étoile et de parenthèse dans un parfait hors sujet =)

  6. amdeparis

    Cher Philippe, merci de votre analyse surement bien fondée… quand on connait l’absurdité des guerres de religions, du sorts nos jolies ‘sourcières’ de France et d’Europe moyenâgeuses … c’est très clair, il y a tant à dire sur les idées reçues, les bonnes et les mauvaises… De nos jours l’Armagédon est rendu visible, si clair sur Terre que nous vivons entre le bien et le mal. L’apocalypse se fait généralisé, et nous découvrons lentement ce qui se passe sous le voile de nos illusions.

    Il convient donc de rappeler la mascarade des religions et d’un autre côté, notre pouvoir magique et divin de co-création du réel. inch’ Allah inch’ Bouddha inch’ l’inspiration du moment, vibrons encore ensembles pour la nouvelle ère🙂

    Bien à vous,
    Amélie

  7. confusuce

    vos raisonnement sont interessant
    j ajouterai que note existence dans ce vaste monde restera un mystere bien garde
    einstein disait « ce qui est incomprehensible cest que le monde le soit »
    il est dans l erreur, onretrecie notrechamp des qu on tombe dans un systeme ( science, religion, travil )
    nous ne somes qu humain servant a la complexification de l unvers voue a une vie de servitude et e dependance.
    enfin on peut ne pas oublier que nous sommes tous relie lesuns aux autres ! ( connexion spirituel, oxygen, espace tps, relation )
    alors nous sommes sur terre pour accomplir une ache tel un engrenage
    pourquoi…. aucune idee =_=rien quand pensant que nous sommes sur une boule qui se deplace a des millions de milliards de kmh en « flotant » je me dit wtf.

  8. Engañor

    Votre analyse va à peine plus loin que celle des croyants qui inventent un dieu pour ne plus avoir à se poser des questions. Je suis athée d’éducation et heureux d’être sortie du dogme de l’objectivité qui n’est autre qu’une évolution du dogme de Dieu.

    Le monde dans lequel nous vivons passe par notre cerveau et nos modélisations avant que nous commencions à affirmer quoi que ce soit. Le réel restant au-delà de la portée des sens, la porte restera donc toujours ouverte à la spiritualité pour tenter d’accéder à ces régions qui échappent à la méthode hypothético-déductive et à toutes les modélisations abstraites que nous sommes capables de faire. Si on se sert du symbole de « Dieu » comme d’un marteau piqueur pour faire un trou dans l’énorme banquise qui nous sépare du réel, et qu’on en tire de l’énergie, une hypersensibilité à la vie, à des sentiments nobles, une capacité de maîtriser ses pulsions, de la créativité, …etc. dans des situations concrètes de la vie de tous les jours, il vaut mieux s’en émerveiller et croire à ce qu’on est entrain de vivre. C’est moins sinistre et moins claustrophobique puis on peut faire la paix avec les croyants, et se sentir aussi bien avec des incroyants. Tout réduire à des fables et prétendre sérieusement que nous pouvons être objectif en réfléchissant simplement par nous même ne produit pas ces choses là.

  9. Khairallah

    J’existe pour accomplir une mission , pour servir mon createur jusqu’au jour où je decouvre la repentance et par le salut je reprends ma position de fille de Dieu tout en imitant L’ideal Unique Et parfait Modele du fIls de Dieu .et là je peux choisir et demander à
    Dieu de me sauver la vie , d’effacer mes péchés , de me reconcilier avec Lui pour commencer la nouvelle vie Eternelle en Sa Presence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s