Catégorie: À propos

En grève!

Libresansdieu fait une pause. Je suis impliqué dans l’actuel mouvement de contestation contre la hausse des droits de scolarité au Québec. Ça bouffe le gros de mon temps.

On se revoit quand la société sera un peu plus juste… ou quand on aura perdu.

Dans le processus, j’ai beaucoup appris sur la plateforme wordpress et je vous réserve quelques surprises à mon retour.

Hourra, des sitelinks!

Je cherchais un ancien billet de blog libresansdieu via Google quand j’ai remarqué que j’ai des sitelinks. Vous savez, ces petits liens que Google ajoute en bas des résultats de recherche.

Je ne parle pas le langage SEO, et je ne me fiche vraiment de placer des mots sur la première page de résultats Google. Mais c’est quand même cool.

Moins cool: la CAQ.

Quelques annonces

  • Caroline Fourest a un blog et personne me l’a dit!
  • Le vilain blog athée libre sans dieu a changé de peau (en angliche: skin). La nouvelle apparence fait plus « propre » et encourage davantage (je pense) les lecteurs à commenter les articles. J’aurais bien aimé un thème de type journal mais je n’ai pas d’argent pour en acheter un*, ni de temps pour envoyer des images avec chaque billet/article.
  • Je n’ai pas encore parlé de l’affaire Shafia, mais je vous monte quelque chose de substantiel.
*Je pourrais toujours héberger le blog moi-même, mais ça m’exposerait à être piraté encore et encore, comme dans le bon vieux temps du forum phpbb… Au moins en étant hébergé par WordPress je sais que les pirates devraient s’attaquer à un des plus imposants sites du Web, plutôt qu’à mon petit site mal hébergé, mal sécurisé et mal administré…

 

Une visite du Cimetière Côte-des-Neiges

Le Cimetière Côte-des-Neiges a sur son site une liste de morts célèbres, avec l’emplacement des lots, permettant aux visiteurs de se taper un petit « trip » à la Père Lachaise sans quitter Montréal.

Mon appareil photo bien installé dans le sac à dos d’un ou une voleuse, je n’ai pas pu vous ramener d’images, mais bon, allez faire un tour, c’est gratuit. Faites seulement attention aux nausées engendrées par la surabondance de catholico-kitch sur les lieux.

J’ai été très impressionné par les allées de tumulus avec, sur leurs frontons, les noms d’artisans de notre province, comme Lafontaine ou Mercier, ou encore l’immense monuments érigé aux Patriotes (exécutés, morts au combat ou exilés) par l’Institut Canadien. Parlant de l’Institut, il ne faut pas manquer d’aller voir la tombe de Joseph Guibord.

Guibord était un imprimeur montréalais et un libre penseur membre de l’Institut Canadien. À sa mort, excités par une lettre pastorale d’Ignace Bourget, les catholicards se sont passés le mot: « ok la gang, on va empêcher la veuve Guibord d’enterrer son mari dans le sol béni de Côte-des-Neiges… » Et c’est ce qu’ils ont fait.

Nous mais vous ne comprenez pas: le sol du cimetière a été « aspergé dans toute son étendue d’une eau sainte et sanctifiante » (lettre pastorale, p.2). Sans parler de la croix, qui a été non seulement aspergée d’eau bénite, mais aussi encensée. On niaise pas avec la croix, puisqu’elle sert à « couvrir de son ombre le corps des Fidèles », qui seront ainsi protégés des « incursions du démon » (page 3). Et ça continue comme ça, pour conclure que le cimetière est « saint », que Guibord n’est pas « saint », et donc n’a pas d’affaire là.

Il a finalement fallu l’armée (200 soldats) et quatre ans de tergiversations pour que Guibord soit enfin enterré.

Et ce n’est pas tout… la parcelle sur laquelle Guibord est enterré ne fait pas officiellement partie du Cimetière Côte-des-Neiges. Merveilleuse précaution prise par l’Église avant l’enterrement, afin que le sol du cimetière ne soit pas profané par tant de libre-pensée! Cette parcelle maudite fut ensuite entourée d’un mur de pierre.

Je suis allé sur place. Le mur de pierre n’est plus. La tombe de Guibord et son épouse, qui fut recouverte d’une dalle de béton afin d’empêcher que les corps ne soient volés est bien visible et identifiée par une plaque qui fut apposée par le Mouvement Laïque Québécois dans les années 90. (Cliquez sur l’image pour une version plus complète de l’histoire, à lire sur le site du MLQ).

Le culte des athées célèbres

Un billet sur Atheist Revolution va totalement dans le sens de ma pensée concernant les célébrités athées: il faut arrêter de considérer certains athées comme plus importants simplement car ils ont un blog qui marche bien. Il n’y a pas de pape (ou papesse) de l’athéisme, et il ne devrait pas en avoir non plus. Aller dans des conférences pour rencontrer tel ou tel athée célèbre, c’était drôle quelques minutes. Quand on réalise que dans plusieurs cas la célébrité n’est pas vraiment proportionnelle à la valeur du propos, on passe à autre chose:

Something has been nagging at the back of my mind ever since « elevatorgate » took over the atheist blogosphere. As much as it may have been about gender politics, civility, or the role of women in the atheist movement, I submit that it is also an invitation for us to examine something that has baffled me ever since I began blogging: the widespread hero worship of prominent atheists by many in our community.

Jen over at Blag Hag recently posted about her excitement over some upcoming atheist conferences. I think it is great that she’s found something that makes her happy, but I can’t say I relate. Why the fuck would I want to go sit in a crowd and listen to atheist bloggers whose only claim to fame is that they are…wait for it…atheist bloggers? Conferences like this hold no appeal for me whatsoever. And a big part of the reason involves the hero worship I see.

Jen McCreight est un exemple bien choisi. L’auteure du blog Blag Hag connait une popularité certaine, mais n’a pas grand chose à apporter en terme de contenu. Bien qu’elle se réclame du féminisme, elle parvient, au mieux, à montrer qu’elle ne connait pas les enjeux et thèmes importants dans le domaine. Je ne dis pas que son blog n’est pas sympa, il l’est. J’en suis moi-même un lecteur. Le problème réside plutôt dans le fait que la seule idée brillante de McCreight consistait à montrer son décolleté pour protester contre une déclaration ridicule d’un imam. C’était amusant sur le coup, mais c’est une idée qui vieillit mal et frôle l’objectification. (Pour un blog athée suscitant la réflexion concernant le de féminisme, on peut toujours lire Greta Christina, qui fait preuve d’une grande intelligence et maîtrise bien le sujet.)

Libre sans Dieu existe depuis bientôt 7 ans. Le site a vieilli, pour ma part je n’ai pas vraiment l’impression de rajeunir. Ce qui me semblait pertinent hier ne l’est pas toujours aujourd’hui. Il y eut une époque où simplement avoir un site athée était suffisant pour rassembler des gens qui ressentaient le besoin de savoir qu’ils n’étaient pas seuls au monde. Depuis, l’athéisme est passé dans le mainstream, et ce besoin n’est plus. Je crois qu’il faut de la chair autour de l’os, du contenu de qualité qui dépasse le simple fait de dire que les religions sont stupides (et oui, elles sont stupides) et que les athées peuvent être de bonnes personnes (oui, nous le pouvons).

Oui, j’ai assisté à des conférences athées où on ne dormait pas pendant trois jours, tenant le coup grâce à la vodka bon marché, à la Pabst Blue Ribbon et au café. Ce fut fort amusant, et je le recommande vivement, à petite dose. Mais côté contenu? Les présentations, dans ces conférences, sont presque toujours de type la religion est stupide et les athées peuvent être de bonnes personnes. Encore!

Adieu Wiki, bonjour WordPress

L’ancien site libresansdieu redirige maintenant vers ce blog. La majeure partie de « l’encyclopédie libre sans dieu » a déjà été transférée. Le forum « Planètes athées », déjà fermé depuis quelques temps, a été retiré du site. Il reste quelques derniers articles à convertir vers WordPress, plus un système d’indexation permettant d’accéder facilement aux articles (qui sera dans la barre horizontale ci-haut).

Notez que les archives du Wiki sont disponibles au http://libresansdieu.org/pmwiki.php et vont rester fonctionnelles indéfiniment.

La Sainte Grenouille veille sur moi

Bénie soit Notre Mère Batracienne (C.R.O.A.) et gloire à son Têtard!

J’ai donnée une entrevue aujourd’hui pour un documentaire sur l’athéisme. Plus de détails là-dessus sous peu. J’ai tout de même pris des précautions: au cas où le docu s’avère être une sorte de Crossroads (alias Expelled), j’ai exigée de la cinéaste qu’elle torture une hostie consacrée. Elle s’est exécutée non seulement un grand plaisir, mais avec l’aisance d’une vraie habituée.

Faut dire que j’étais déjà sur une lancée: jeudi dernier, j’ai été mentionné sur le portail branchez-vous. Enhardi par cette « plug », j’ai réuni assez de courage pour aller voir Incendies. Pas un film facile. Le sujet est difficile, et le traitement n’est pas complaisant. Cela donne un film difficile.

Avec une nomination aux Academy Awards, il devrait rester en salle quelques temps, alors allez le voir si ce n’est pas déjà fait. Suffit de passer par-dessus des dialogues et un jeu parfois improbables (à chaque deux phrases prononcées par Simon, on se demande avec raison « mais qui dirait ça dans la vraie vie? ») et on se laisse emporter. Une aventure coriace qui alimentera les discussions, mais dont la vraie vedette demeure à mon avis la caméra d’André Turpin, dont le travail irréprochable, comme toujours.